Économies de chauffage : 20 conseils et astuces pour y arriver !

Economie chauffage

Si vous êtes sensible à ce qui allège le portefeuille tout en rendant service à l’environnement, ces conseils et astuces pour réaliser des économies de chauffage tombent à pic ;). Hormis les travaux d’isolation, vous verrez qu’il existe des gestes simples et des investissements malins pour concilier petits prix, meilleure qualité de vie et baisse de la conso d’énergie. C’est parti pour le top 20 des bons réflexes à suivre !

1. La base pour les économies de chauffage : baissez la température de votre home sweet home… 

Premier éco-geste du chapitre “comment réaliser des économies de chauffage ?” : chauffer moins pour consommer moins ! Ça paraît évident dit comme ça, et pourtant, on est nombreux à privilégier le confort, quitte à surchauffer les lieux, sans se soucier de l'impact d’un degré ou deux de plus sur la note en fin de mois.

Peut-être n’a-t-on pas conscience de l’économie générée par 1 degré de chauffage ! Il faut dire que celle-ci équivaut, contre toute attente, à 7% sur la facture, ce qui est énorme pour un simple degré “de rien du tout” ! Il est donc plus judicieux d’enfiler une petite laine que de chauffer le salon à 24°C ! Maintenant, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas ;). 

Lire aussi :

Réduire sa consommation de chauffage en 3 étapes !

D’ailleurs, dans cette même logique de baisse de régime du chauffage, d’autres bonnes habitudes sont faciles à adopter. Quand le climat extérieur se fait plus doux par exemple, on n’hésite pas à le baisser (et ce, avant même de s’habiller plus léger). L’idée est d’être synchro avec la météo extérieure et les besoins réels pour vivre au chaud. Faites l’expérience, vous verrez, ce n’est pas si difficile de passer de 19 à 18°C ! 

2. Pilotez le chauffage à l’aide du nouvel objet culte : le thermostat connecté

Pour faire la paix avec les températures hivernales, mais aussi avec la facture d’énergie qui tombe comme un coup de massue à chaque fois, il y a le thermostat connecté ! Ses atouts ? Piloter la température ambiante avec précision, gérer les absences (même imprévues) et les départs précipités, à distance depuis votre smartphone (ou avec la Station connectée Sowee 😉 ). C’est simple comme bonjour. Et ce n’est pas tout. Certains modèles intelligents sont même aptes à automatiser l’arrêt du chauffage en cas de détection de fenêtre ouverte ou de maison vide. Malin ! Pas étonnant qu’il soit l’un des meilleurs alliés pour réaliser des économies de chauffage électrique ou de chauffage au gaz. Un bel invité de marque que l’on tient là !

3. Programmez la température selon un planning de chauffe millimétré 🧐

Toujours grâce à la technologie du chauffage connecté et du thermostat d’ambiance, veillez à programmer vos radiateurs selon des plages horaires qui collent à votre routine hebdomadaire ! L’idée est de chauffer quand il faut là où il faut. Pas plus !

Besoin d’un exemple concret pour savoir comment régler votre chauffage afin de faire des économies ? Commencez par régler le thermostat sur 19°C pour vous préparer le matin (de 7h30 à 8h30 par exemple) puis pour profiter des soirées dans les pièces de vie (disons de 19h à 23h). Ainsi, vous serez au chaud en temps voulu, et pourrez revoir le chauffage à la baisse le reste du temps. 

Oui, le réglage est une façon astucieuse d’alléger la noté salée qu’on reçoit tous les mois. Rappelons quand même que le chauffage est le poste n°1 des dépenses énergétiques dans le foyer puisqu’il pèse un bon 66% sur la conso énergie totale !

4. Placez le thermostat au bon endroit pour le mettre sur le droit chemin

Si on veut s’assurer que le thermostat (oui, encore lui) soit opérationnel, son emplacement ne peut pas être laissé au hasard !

En plein courant d’air, en plein soleil ou proche d’une source de chaleur, il pourrait être amené à croire que la température ressentie est plus ou moins forte que prévue, ce qui le pousserait à rectifier le tir, à tort. Ou comment foncer dans le mur en pensant bien faire ! 

Résultat : on l’installe à l’abri de toute variation de température dans la pièce à vivre principale et à au moins 1,50 m du sol ;). De là, son effet “tour de contrôle” a tout pour performer et engendrer des économies d’énergie en chauffage en hiver !

5. Pensez à l’entretien de vos équipements… une fois par an !

Autre point où ça pourrait se corser en matière de coûts énergétiques : des appareils de chauffage mal entretenus. Car si les équipements fonctionnent mal, ils risquent de consommer plus. Mais ça, c’était avant de veiller de près à leur entretien… une fois par an pour les chaudières au fioul, au gaz ou au bois !

Déjà, parce que c’est obligatoire, ensuite, parce que c’est nécessaire pour maintenir la chaudière au top de sa performance et en bonne santé. Voilà une façon efficace de dire bonjour aux économies avec du chauffage au gaz !

Pour les autres systèmes de chauffage, l’entretien est optionnel, mais la même fréquence est recommandée pour diminuer les risques de surconsommation !

6. Purgez vos radiateurs… deux fois dans l’année 📆

Autre geste pour favoriser le bon fonctionnement des radiateurs ? Les purger deux fois par an avant et après la période de chauffe. Il s’agit de retirer l’air emmagasiné dans les tuyaux pour qu’ils retrouvent une deuxième jeunesse et soient au top quand revient la saison où les plaids (et le chauffage) sont nos meilleurs amis !  

7. Dites adieu pour toujours aux appareils trop gourmands

Ça va être difficile de faire des économies avec un chauffage fioul, et il en est de même pour les vieux convecteurs électriques type grille-pain ou les radiateurs à panneaux rayonnants. Normal ! Lorsqu’un habitat est chauffé par des appareils de chauffage énergivores, comment espérer recevoir des factures d’énergie décentes ? Que l’on se rassure, en investissant dans un nouveau matos de compétition, tout peut s’arranger ;).

Si on a l’opportunité (et si les circonstances d’habitation le permettent), l’idéal est de miser sur des appareils basse consommation ou à énergie renouvelable comme les panneaux solaires. Autres possibilités ? Réaliser des économies de chauffage avec un poêle à bois ou une pompe à chaleur. La facture à payer en fin de mois sera plus light et son impact plus faible aura le mérite de participer à préserver l’environnement.

Si on est plus limité quant au changement d’équipement, on peut toujours opter pour des radiateurs électriques économiques (oui, ça existe !) ou des versions plus modernes du chauffage existant. Ce sera toujours mieux qu’avant ! 

Et si vraiment un changement d'équipement n'est pas à l'ordre du jour, essayer de "pimper" votre radiateur existant en l'équipant d'un thermostat. Cela vous aidera à savoir comment régler votre chauffage électrique pour faire des économies.

8. Réalisez (si possible) des travaux d’isolation thermique !

On aurait dû placer ce conseil tout en haut de la liste car la cause n°1 de déperditions énergétiques trouve sa source dans une mauvaise isolation thermique. Mais on sait que ce n'est pas toujours possible ; comme lorsque l'on est locataire, par exemle…

Chauffer un intérieur qui ne retient pas la chaleur, c’est un peu comme essayer de retenir de l’eau dans le creux de sa main : c’est peine perdue !

Lire aussi :

Votre logement est-il énergivore ?

Ce n’est donc pas une surprise si la quête d’économies de chauffage rime avec isolation thermique ! Alors oui, ce type de projet représente un investissement significatif, c’est vrai.

Mais il existe toute une ribambelle d'aides pour inciter justement aux travaux qui génèrent des économies d'énergie. Evidemment la première aide qui vient en tête est le “coup de pouce Isolation” mis en place par l’État.

Lire aussi :

L’aide CEE, les travaux d’économies d’énergie lui disent merci !

Et vous pouvez peut-être bénéficier aussi d'une autre aide financière au profit de la transition énergétique comme l’éco Prêt à Taux Zero (ou PTZ) ? Il existe aussi des aides locales. En résumé, ça vaut la peine de prendre un peu de temps pour se renseigner ! 

9. Préférez une température sage et constante

On consomme plus quand on cultive l’irrégularité ! Bye-bye le refrain “chaud, froid, chaud, froid”, grand classique avec les radiateurs à convection. Dépourvus de pouvoir à inertie et incapables conserver la chaleur, ces derniers démarrent au quart de tour, mais il faut ensuite les calmer pour ne pas suffoquer (et surconsommer), avant de les rallumer au risque de se geler. Un schéma complètement décousu qui est l’antithèse de ce qu’il faudrait faire !

En effet, l’idéal est de maintenir une température plus ou moins constante qu’on baisse, mais qu’on ne passe pas à zéro quand on quitte la maison (vive le mode absence) et qu’on ajuste en cas d’occupation des lieux pour être au chaud. Ce qui donne environ 19°C dans le salon, la salle à manger et dans la cuisine, 17°C dans la chambre et 22°C dans la salle de bains en cas de présence. La nuit, on peut baisser de 2°C partout pour ne pas consommer inutilement, mais jamais oh grand jamais il n’est question d’éteindre l’ensemble des radiateurs. Chauffer à nouveau l’intérieur en repartant de 0 demande beaucoup trop d’énergie !

10. Chauffez seulement et uniquement quand c’est vraiment nécessaire 

Pour consommer de l’énergie en pleine conscience, le bon réflexe, c’est de ne l’utiliser que quand c’est réellement nécessaire ! Fini de laisser les radiateurs tourner à plein régime dans les pièces peu passantes (comme la salle de bain) juste “au cas où”. Fini aussi de laisser le chauffage à fond si la météo est clémente, juste parce que c’est agréable d’être en T-shirt chez soi en plein mois de février. On prend les devants et on ajuste le tout à nos besoins réels ! C’est presque un devoir et du bon sens civique. À vos radiateurs citoyens ! 

Lire aussi :

Êtes-vous un champion des économies d’énergie ? Faites le quiz !

11. Dégagez l’espace autour des radiateurs (sinon, comment voulez-vous qu’ils soient efficaces ?)

La performance du chauffage ne dépend pas seulement du type de chauffage choisi, mais aussi de son aménagement. Exit les meubles installés devant les radiateurs qui empêchent la chaleur de se propager efficacement ! Ça va de soi, mais ça vaut le coup de le rappeler, notamment pour conjuguer chauffage électrique et économies d’énergie.

Et si vous pensiez que c’était l’heure de l’entracte juste parce qu’on en est au conseil n°11, c’est raté ! On enchaîne, go, go, go ! 

12. Aérez la maison, mais faites-le bien !

Une maison saine est une maison qui s’aère l’esprit quotidiennement. Un peu comme nous finalement ;). Mais s’il est important d’aérer tous les jours 5 à 10 minutes pour que l’air se renouvelle même en hiver, deux précautions doivent devenir des automatismes.

1. Éteindre systématiquement le radiateur quand on aère (pas besoin de faire un dessin pour expliquer à quel point c’est contre-productif de laisser le chauffage allumé).

2. Aérer le midi si possible car les températures sont plus chaudes. Ça permet de réduire les pertes de chaleur ! À vous de jouer ;).

13. Traquez les vilains et méchants courants d’air

Vous n’avez pas le sentiment de chauffer de façon démesurée, et pourtant, la facture d’énergie vous prouve le contraire ? Peut-être qu’il est temps de trouver les coupables et de les chasser.

Prenons le dessous des portes qui donnent sur l’extérieur ou les cheminées inutilisées. Il est fréquent que ces espaces laissent passer des courants d’air. Or, si on chauffe la maison et que la chaleur intérieure dispose de portes de sorties vers où s’échapper, forcément, le chauffage travaille dans le vent ! 

Il s’agit alors de trouver des solutions, comme l’aménagement d’un chien de porte ou d’un rideau thermique, ou encore le fait de boucher l’aération de la cheminée pour éviter que l’air chaud ne s’enfuie. Ça ne tient pas à grand-chose 😉

14. Boostez la performance de vos fenêtres (elles vous le rendront bien)

À l’instar des murs extérieurs, les fenêtres jouent un rôle majeur dans l’isolation des maisons. Lorsqu’elles sont à peine plus épaisses que du papier, il est difficile d’espérer qu’elles empêchent la chaleur de sortir…

Alors, si vous en avez la possibilité, faites des économies de chauffage grâce à du double vitrage, voire du triple vitrage ! C’est un investissement certes, mais vous ne regretterez pas car il est très efficace pour contrer le froid hivernal, conserver la chaleur à l’intérieur et assurer plus de confort thermique à la maison. 

Dans le cas où cette option n’est pas possible pour vous, il y a un plan B : calfeutrez vos ouvertures à l’aide de nouveaux joints adhésifs ou de mousse expansive. Vous pouvez aussi coller un film plastique sur les fenêtres à simple vitrage. Ou comment improviser une solution d’étanchéité optimisée ! 

15. Utilisez les volets… comme boucliers thermiques !

Par extension aux ouvertures, il y a les volets ! Justement, en les fermant la nuit, ils agissent comme un barrage supplémentaire pour permettre à la chaleur de rester bien au chaud à la maison et éviter que le froid extérieur ne s’infiltre ;). Pas question alors de s’en passer la nuit, surtout quand le froid et l’humidité nous guettent ! 

16. Laissez, laiiiiissez, eeeentrer le soleeeiiiil 🎶

Eh oui ! En appliquant le raisonnement inverse au paragraphe précédent, en cas de journée ensoleillée, on veille à laisser les volets et les rideaux grands ouverts. Cela permettra aux rayons du soleil et à leur chaleur naturelle de réchauffer les lieux ;).

Difficile de faire plus simple que ce conseil pour réaliser des économies de chauffage électrique et de chauffage tout court !

17. Fermez la porte des pièces peu chauffées, leur froideur, on n’en veut pas !

Garage, cellier, chambre… Certaines pièces sont peu chauffées car leur usage est limité au cours de la journée. Mais cette démarche éco-responsable peut perdre de son efficacité si les pièces restent ouvertes ! À vrai dire, leur fraîcheur a vite fait de refroidir les espaces chauffés du clan très sélect’ des “pièces à vivre” ! Pour éviter que le froid soit contagieux, c’est fastoche, on ferme la porte ! 

18. A contrario, profitez de la chaleur des pièces chaleureuses 😉

Lorsque le four et les appareils de cuisson tournent, soudainement, l’ambiance se réchauffe ! Pareil quand la machine à sécher le linge s’active ;). Dans ce cas, on reprend l’idéologie du paragraphe précédent, et on inverse la tendance. Objectif ? Ouvrir la porte de la cuisine pendant et après la cuisson et laisser la buanderie grande ouverte pour que ces pièces où la chaleur se crée puissent partager quelques degrés gratos à leurs compatriotes ;). 

19. Activez les bons modes en cas d’absence…

Heureusement qu’il y a le mode absence et le mode hors gel pour calmer le jeu côté facture énergie en cas d’absence prolongée !

En effet, si vous partez plus d’une journée, au plus froid de l'hiver, n’hésitez pas à utiliser le mode hors gel afin de consommer le strict minimum en matière de chauffage pour que la maison reste en bonne santé. De même, le mode absence est utile pour que les radiateurs freinent leurs ardeurs lorsqu’on s’éclipse quelques heures ou plus ! Il suffira alors de relancer le chauffage en différé peu de temps avant notre retour pour rentrer au chaud, comme si de rien n’était ! 

20. …Et enfin, évitez l’usage de radiateurs d’appoint !

Ces équipements sont bien souvent trop énergivores ! Ceci dit, si vous avez vraiment besoin de renfort chez vous en termes de chauffage, un écart est toléré… à condition de choisir un appareil dernière génération, idéalement à inertie et réglable avec précision. Plus de confort oui, mais encore faut-il pouvoir continuer à faire des économies de chauffage ! 

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée