Le guide des éco-gestes à adopter à la maison et (aussi) au bureau

eco geste

Si votre facture d’énergie et la santé de la planète ont tendance à vous refroidir, il est grand temps d’agir à votre échelle. À vous les éco-gestes et au placard les mauvaises habitudes ! Après tout, quoi de mieux que des petits réflexes capables de provoquer de grands changements, par effet de rebond ou par effet papillon ? Preuve qu’au bureau comme à la maison, on n’est pas condamné à être spectateur d’une conso d’énergie sans limites, bien au contraire… Alors, on s’y met quand ? Maintenant ? 

10 éco-gestes quotidiens à appliquer à la maison

Vous connaissez déjà sûrement plein de gestes éco-responsables. Fermer l’eau du robinet quand on se brosse les dents, éteindre la lumière quand on sort d'une pièce ou utiliser les modes "économie d’énergie" des appareils électroménager. Pourtant, il se peut que vous soyez passé à côté de certaines bonnes pratiques, que ce soit par manque d’habitude ou par manque de connaissances. Sachant que ces petits efforts du quotidien sont bons pour l’environnement autant que pour votre portefeuille pourquoi continuer à s'en priver ? Voici 10 bons réflexes à adopter sans plus attendre à la maison. 

1. Piloter et programmer son chauffage 🙌 

Thermostat (ou Station ;)) connecté(e), chauffage intelligent et applis mobiles suivant la conso d’énergie à la loupe : aujourd’hui, il existe de nombreuses possibilités pour contrôler et programmer sa consommation de chauffage de façon ultra précise. Objectif : entrer dans la danse des éco-gestes énergie pour ne rien laisser au hasard. Un pari réussi puisque, grâce à eux, la température est ajustée au plus près des besoins selon l’heure de la journée et selon notre présence (ou pas) dans la maison. Résultat : plus de place pour la surconsommation, le chauffage ne se met en route que lorsque c'est nécessaire. Vous chauffez moins et mieux !  

2. Déclarer la guerre au gaspillage bête et méchant

Gaspillage énergétique : la guerre t’est déclarée ! Le but ? En finir avec les étourderies que l’on paie au prix fort en fin de mois et qui ne font pas plaisir à la cause environnementale. Au menu, on a : récupérer l’eau usagée pour arroser les plantes, éteindre le chauffage quand on aère, débrancher les appareils multimédias quand on ne les utilise pas, attendre que le lave-vaisselle ou le lave-linge soient plein pour les lancer, faire sécher le linge à l’air libre autant que possible pour mettre le sèche-linge en jachère… Bref, il y a de quoi s’inspirer pour consommer en pleine conscience ! 

3. Entretenir ses équipements dans les règles de l’art

Un appareil sain pour une conso saine ! Eh oui, l’entretien des équipements de la maison joue un rôle primordial dans leur degré de boulimie d'électricité. De fait, pour préserver un fonctionnement opérationnel qui garantit une conso raisonnable, on n’hésite pas à dégivrer 2 à 3 fois par an le frigo et le congélo, mettre de l’eau filtrée dans la bouilloire pour éviter le tartre, purger les radiateurs et faire réviser sa chaudière une fois par an (ce geste éco-citoyen pour le chauffage est d’ailleurs obligatoire). Y’a plus qu’à s’approprier cette to-do-list et hop ! 

4. S’assurer que l’emplacement des appareils ne pénalise pas leur conso

Le but ? Ne pas être contre-productif. Si votre réfrigérateur est installé à côté d'un vieux four aux parois brûlantes ou si votre radiateur est placé sous des fenêtres à vitrage simple, comprenez bien que l’association est tout sauf gagnante. Veillez donc à optimiser, dans la mesure du possible, l’aménagement et l’emplacement de chacun de vos appareils. Dans la même logique, vous pouvez inverser la tendance, notamment si vous construisez ou rénovez un bien existant. C’est par exemple le cas si vous prévoyez en amont de positionner des fenêtres orientées sud côté salon pour profiter au maximum d’un éclairage et d’une chaleur naturelle ! 

5. Booster l’isolation de la maison ✊✊✊

En attendant de réserver un budget pour des travaux d’isolation, sachez qu’il existe de multiples astuces et geste éco-citoyens pour conserver la chaleur à l’intérieur et l’empêcher de faire le mur. Les réflexes à instaurer ? Installer des rideaux épais pour faire barrage au froid hivernal, fermer les portes pour éviter toute déperdition de chaleur, baisser les volets en cas d’absence, calfeutrer les fenêtres à l’aide de joints d’étanchéité… Vous voyez l’idée. Pas de porte de sortie pour la température intérieure ! 

6. Passer (enfin) à l’éclairage LED 💡 

Il était une fois des lampes à incandescence traditionnelle. Un jour, elles furent détrônées par la nouvelle génération d’ampoules LED, meilleure pour l’environnement, plus performante et plus résistante De quoi sonner la fin de leur règne. The end. Dans la pratique, sachez que d’un point de vue éclairage, le changement passe sûrement inaperçu à l’œil nu puisque les ampoules LED éclairent l’intérieur de façon très similaire. Sauf que… sur la facture (et dans la conscience), une conso plus légère se fait forcément sentir grâce à ce geste éco-citoyen spécial électricité. Et ça, ça change tout ! 

7. Traquer les appareils en veille

Les éco-gestes à la maison passent forcément par la lutte contre les appareils en veille. Parce qu’ils ont beau attendre sagement qu’on les utilise, pendant ce temps, ils ne sont pas totalement inactifs les coquins. Eh non ! Ça s’appelle consommer de l’énergie, passivement mais sûrement. Maintenant, repensez à tous les appareils branchés à une prise chez vous pendant que vous les croyez "éteints". Faites la somme de chacun d’entre eux, et autorisez-vous un petit moment de panique, plutôt justifié. Ou alors : déclarez la guerre au mode veille à base de multiprise à interrupteur et de débranchement ciblé ! On ne sait pas pourquoi, mais cette dernière option nous semble être la plus avantageuse ;). 

8. Se débarrasser des équipements énergivores

Quand ils consomment trop d’énergie, les équipements obsolètes ne peuvent même pas prétendre avoir un petit charme rétro ou vintage ! Convecteurs élec’ façon "grille-pain", congélo classé G, four vieillissant, cafetière entartrée ou machine à laver hors d'âge : voilà une brochette d'appareils qu’on a tout intérêt à remplacer dans les meilleurs délais pour réduire la facture élec’ ! Pas d’état d’âme s’il vous plaît, ça n’en vaut vraiment pas la peine. C’est votre compte en banque qui va être servi et ravi !

9. Privilégier les modes “économie d’énergie”, parce qu’ils ont tout compris !

Voilà un usage archi facile à rectifier : utiliser les modes économiques des appareils électroménager ! Ils feront le job attendu en utilisant le moins d’énergie possible. Alors, à moins que la vaisselle ou le linge soient ultra sales, pourquoi se priver de cet éco-geste au quotidien ? 

10. Se mettre en mode “zér’eau gaspi” 💦 

Éco-geste “eau”, nous y voilà ! Et autant vous dire qu’il y a un paquet d’initiatives à appliquer ASAP à son sujet. Mettre une alerte sur smartphone pour limiter la durée sous la douche (objectif 5 minutes top chrono), traquer les fuites, installer un économiseur d’eau pour robinet côté cuisine et salle de bains, arroser les plantes avec l’eau de pluie, faire prendre le bain à deux enfants en même temps… Bref, les bonnes habitudes ne manquent pas à l’appel pour préserver la ressource naturelle qu’est l’eau ! 

Et au bureau ?

Eh oui, même si on n'y passera peut-être plus 5 jours par semaine, le bureau reste notre lieu de vie principal. Donc notre vie professionnelle, elle aussi, consomme forcément beaucoup d’énergie. Réunions Zoom, stockage de données, envois de mails, recherches web : autant vous le dire tout de suite, il y a de quoi faire en matière d’éco-gestes au bureau ! Ne faites pas cette tête, promis, ces éco-gestes numériques se digèrent et s’intègrent hyper facilement. Ça ne vous fera même pas perdre de temps sur le dossier à rendre pour 14h, et ça n'empiètera pas non plus sur votre pause café ;). A contrario, avec ces quelques efforts, vous participerez à réduire les 4% d’émissions mondiales de gaz à effet de serre causées par le numérique. Un chiffre alarmant livré par l’ADEME en janvier et qui pourrait doubler d’ici 2025… Ça motive, non ? Alors, prêt ? Partez ! 

1. Répercuter les bonnes pratiques de la maison… au bureau !

Puisque la frontière est floue entre vie pro et vie perso depuis l’arrivée fracassante du télétravail dans notre quotidien, c’est plus que jamais l’occasion de s’inspirer des bons réflexes mis en place à la maison pour en faire des éco-gestes au travail ! Après tout, pourquoi distinguer à tout prix notre attitude selon le lieu où l’on se trouve ? Pour être raccord avec nos ambitions environnementales, autant éteindre la lumière d’une salle de réunion autant qu’on le ferait chez soi, mettre les radiateurs sur off le temps d’aérer ou débrancher l’ordi une fois qu’il est chargé ! Ou comment devenir un éco-citoyen, un vrai !

2. Faire une diète de stockage de mails 📧 

Au bureau, les mails, c’est la vie ! Et pourtant, derrière leur air sage et innocent se cache une facette énergivore insoupçonnée. La faute à qui ? Au stockage ! Et plus précisément celui des mails reçus, des mails envoyés, des brouillons, des spams et des messages logeant confortablement dans la corbeille. Pourquoi ça ? Eh bien, tout simplement parce que ce sont des serveurs qui travaillent jour et nuit à la gestion parfaite de nos boîtes aux lettres online. Alors, vous vous en doutez, on ne va pas vous dire d’arrêter d’utiliser des mails. Ce serait comme vous dire de ne plus manger de chocolat : compliqué. En revanche, vous pouvez alléger la culpabilité de votre boîte mail dans la cause environnementale en faisant du ménage plus régulièrement : suppression des mails non essentiels, désabonnement des newsletters que vous ne lisez pas, corbeille à vider plus souvent… 

3. Alléger le contenu des échanges

Autre péché de la boîte mail : le contenu de ses échanges, souvent jugé plus lourds que nécessaire. Alors, qu’est-ce qu’on fait pour rectifier la donne ? Eh bien, on se la joue minimaliste, oui, oui : en compressant la taille des pièces jointes, en préférant une signature sans image ou logo ou en privilégiant la messagerie instantanée de la boîte !

4. Éviter les mails (quand c’est possible of course)

Certains mails ont pour unique but d’envoyer des documents. Dans ce cas, pourquoi ne pas se contenter d’un serveur local ou d’une boîte de partage pour les télécharger et les partager ? Ça sera toujours 15 000 km de moins à parcourir pour les serveurs, comme nous l’indique le guide des éco-gestes de l’ADEME dédiés à la vie au bureau ;). 

5. Faire du ménage au niveau du Cloud

Dans la saga des éco-gestes au travail, il y a, le fait de troquer le stockage des données sur le Cloud par du stockage sur un bon vieux disque dur externe ou alors… sur l’ordi directement. Si le premier semble plus moderne que le deuxième, il se moque pourtant royalement de surconsommer en sollicitant les datas centers. Comme quoi, certains classiques restent parfois plus efficaces que les solutions dernier cri ! 

6. Enregistrer les urls souvent consultées dans les favoris

On est tellement habitué à naviguer sur le web pour réaliser des recherches pros que l’on en oublie l’impact causé selon le temps de recherche et la quantité de pages consultées. Pour le réduire, l’astuce facile à adopter, c’est d’enregistrer les pages fréquemment consultées en favoris de façon à y atterrir directement. Ou comment raccourcir le parcours web quotidien pour alléger, là encore, les émissions de gaz à effet de serre. 

7. Fermer toutes les pages web non utilisées

Saviez-vous que tant qu’une page web reste ouverte, même dans un onglet mis de côté, elle consomme de l’énergie ? On pourrait la comparer à un équipement en veille, en apparence non utilisé, mais pourtant connecté à une prise élec’ et consommant, donc, de l’électricité. En effet, qui dit page ouverte dit navigateurs internet s’activant auprès des serveurs pour la réactualiser sans arrêt ! Pas très écolo-friendly tout ça. Conséquence : pour se dépatouiller de cette conso énergivore qui passe dangereusement inaperçue, le mieux, c’est de prendre l’habitude de fermer systématiquement les onglets dès qu’une recherche a abouti. 

8. Repenser les réunions en ligne autrement

Ok, les visioconférences sont devenues la norme depuis le premier confinement. Soit. On risque donc d’en froisser plus d’un en s’attaquant à ce nouvel usage. Ou pas ! Bon, alors, comment on s’y prend pour que les réunion Zoom et Teams soient moins énergivores ? Eh bien, on privilégie des échanges audio plutôt que vidéo. Non seulement ça permet de rester en pyjama chez soi, mais en plus, ça consomme moins de bande passante ;). 

9. Écouter de la musique, oui, mais pas en streaming

Autre éco-geste numérique ? Éviter le streaming dont le recours à la bande passante est trop important ! Plateformes avec playlists déjà téléchargées ou radio : on vous laisse choisir l’alternative qui vous convient le mieux ;).  

10. Éteindre l’ordi tous les soirs 

Un appareil en veille est un appareil qui consomme pendant son sommeil. Alors, si vous avez pris le (vilain) réflexe de le laisser allumé par simple flemme de le faire démarrer le lendemain matin, il est grand temps de remettre en question ce raisonnement… et de passer à l’action ! En quelques mots : éteignez tout ! 

Et voilà ! Maintenant que vous savez quels sont les gestes éco-citoyens à privilégier à la maison ET au bureau, il ne vous reste plus qu’à faire de ces bonnes intentions, une réalité. On vous fait confiance ;).

 

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée