L’éclairage domotique versus l’éclairage classique

éclairage domotique

L’éclairage domotique a le vent en poupe et on comprend pourquoi ! Économe, intelligent, personnalisable, pratique, déco et accessible, il a tout pour nous convaincre de faire évoluer nos lumières vers des solutions à la pointe de la modernité. Regard sur les différents arguments qui penchent en sa faveur… sous forme comparative. Le but ? Faire ressortir tout ce que l’éclairage connecté a en plus du bon vieil éclairage classique ;).

À propos… de la gestion de l’éclairage

Gestion très basique dans le cas d'un éclairage classique (sans surprise !)

En l’absence de solution domotique “éclairage”, pas de bouton magique permettant d’éteindre toute la maison (ou tout le jardin) en un clic !

Que l’on aille se coucher, que l’on parte travailler ou que l’on s’absente sur la durée, pour s’assurer que toutes les lumières sont bien éteintes, un check général s’impose. Et c’est reparti pour faire le tour de la maison, pièce par pièce, à la recherche de l’éventuelle faille. Assez de ce rituel redondant du matin et du soir ? Le paragraphe suivant vous attend ;).

Centralisation de la lumière grâce à la domotique 🙂

Dès lors que l’on adopte l’éclairage domotique pour la maison, c’en est fini de perdre du temps avec les aller-retour de vérification. Et pour cause, l’éclairage connecté a pour principale fonction de centraliser la gestion de la lumière.

Comment ? Eh bien, à l’aide d’émetteurs/récepteurs raccordés aux sources de lumière. Ces derniers communiquent avec la centrale domotique, qui, comme le suggère son nom, centralise les infos des différents modules. Ladite centrale nous transfère les infos réceptionnées (et dans le sens inverse, elle passe aussi notre message aux modules) via une télécommande ou une appli, accessible depuis tablette ou smartphone ;).

Lire aussi :

Vous saurez tout, tout, tout sur la centrale domotique

C’est là que l’éclairage télécommandé et à distance entre en piste. Autrement dit, pour éteindre ou allumer simultanément (ou séparément) les luminaires de notre home sweet home, il suffit d’appuyer sur off” depuis la télécommande ou l’appli reliée au pack domotique. Une action simple comme bonjour, synonyme de gain de temps et de confort. D’ailleurs, même les enfants apprécient ce pilotage de la lumière, à la fois simple et ludique !

À propos… de la conso élec’ et l’empreinte énergétique

Les frais montent vite avec les ampoules classiques

Les ampoules ont beau ne pas être LE pôle le plus énergivore de la maison, quand on les ramènent à l’échelle d’une année, multipliées par le nombre d’ampoules présentes dans le foyer (puis, par le nombre d’habitats en France), au bout du compte, l’impact énergétique et environnemental commence à chiffrer…

D’autant plus que là où une ampoule type à incandescence consomme 60 Watts, une ampoule LED en consomme seulement 6. Dix fois moins !*

Avec l’éclairage connecté, c'est la rentabilité qui monte vite 😉

Qui dit domotique dit éclairage LED basse consommation. Soit des ampoules un peu plus coûteuses à l'achat mais qui durent… 5 fois plus longtemps (et qui consomment jusqu'à 10 fois moins comme on vient de le voir). Le calcul est vite fait.

Au-delà de faire des économies, l’ampoule connectée est donc un moyen efficace de réduire son impact énergétique !

À propos… de l’activation de la lumière

D’un côté : un interrupteur lambda et voilà

Avant, quand on n’avait pas encore de domotique à la maison, il n’y avait pas de surprise. La lumière s’allumait (ou s’éteignait) lorsqu’on appuyait sur l’interrupteur, et basta.

De l’autre : oui à l’anticipation de mouvements !

Désormais, grâce aux détecteurs de présence ou de mouvement, l’éclairage intelligent est autonome. Il se met en marche tout seul, dès qu’il constate un mouvement, sans même que l’on ait besoin d’appuyer sur l’interrupteur. Et il s’éteint automatiquement après un certain laps de temps sans qu’aucune présence ne soit détectée. Ça s’appelle la magie de la domotique !

À propos… de sécurité en cas d’absence

Avec l’éclairage traditionnel, on est au point mort

Sans système domotique d’éclairage, le concept de simulation de présence, on oublie ! En cas d’absence, et bien, il n’y a rien à ajouter. On est absent un point c’est tout. La lumière n’est pas là pour nous relayer et jouer la comédie auprès des cambrioleurs afin de feindre une présence.

Avec un système domotique, on adore la simulation de présence

Là où l’éclairage classique se restreint à ses seules fonctionnalités de base, l’éclairage intelligent, lui, est capable d’aller beaucoup plus loin. C’est ce qu’illustre si bien le mode de simulation de présence, dont le principe repose sur une activation aléatoire des lumières pour faire croire aux intrus que la maison est occupée.

À savoir que ce mode est personnalisable sur l’appli depuis votre smartphone. Vous pouvez ainsi déterminer vous-même les plages horaires d’éclairage, même depuis votre lieu de vacances. L'éclairage à distance : un vrai gain de sérénité et de sécurité !

À propos… de notre mode de vie

Avec le système tradi, rien à signaler

Avant, à part le fait de vivre sous le même toit, les lumières de la maison ne savaient pas grand-chose de notre mode de vie. Elles s’allumaient et s’éteignaient quand on le leur demandait, par interrupteur interposé, et c’est tout.

Heureusement, l’éclairage connecté s’adapte à nos besoins et envies

À l’ère de la lumière connectée et de la programmation domotique, les choses ont bien changé. En effet, on peut désormais créer des automatismes appelés “scénarios” qui collent à 100% à nos habitudes de vie, et qu’on applique à l’éclairage.

Des exemples ? L’extinction des feux à minuit dans toute la maison en semaine, ce qui permet d’être sûr qu’aucune lumière ne reste allumée tout au long de la nuit. Ça peut aussi être, à l’inverse, la mise en route des spots extérieurs dès que la nuit commence à tomber. Un réglage d’heure qui diffère selon les mois et les saisons, et qu’il est facile de modifier depuis l’appli !

Lire aussi :

Lumière sur l’éclairage connecté : 5 raisons de l’adopter

Et ce n’est pas fini. On peut aussi déterminer l’intensité lumineuse souhaitée pour chaque luminaire de la maison et préciser la durée de mise en veille pour le détecteur de présence.

Quant à la segmentation de la lumière, celle-ci est utile pour n’allumer qu’une seule catégorie de lampes. Par exemple, pour une ambiance feutrée, le but serait de n’allumer que les lampes d’appoint. Là encore, il suffit, sur l’appli, de regrouper les luminaires par catégories : éclairage ponctuel, purement décoratif, fonctionnel, d’ambiance…

À propos… des oublis

Éclairage lambda = pas de relais assuré

Malheureusement pour nous, l’interrupteur classique n’a pas les connaissances techniques nécessaires pour éteindre la lumière à notre place et réparer nos oublis.

Solution domotique = oublis rattrapés

Heureusement pour nous, l’éclairage intelligent, lui, sait y faire avec nos étourderies ! À ce sujet, deux possibilités :

1. Grâce à un système automatique et son détecteur de présence, on n’a plus de questions à se poser ;).

2. Grâce à l’appli et son mode absence, c’est facile de s’assurer que tous les luminaires, y compris dans le jardin, sont bien éteints. On l’active dès que l’on franchit le seuil de la porte en direction d’une journée de travail, d’une journée loisir, d’un départ en week-end ou autre !

À propos… de la déco et de l'ambiance

Que dire d’une lumière blanche et fixe ?

Et hop, en un clic sur l’interrupteur, on allume la lumière. En soi, c’est plutôt pratique pour y voir clair, surtout quand la luminosité extérieure est insuffisante. N’empêche que, ça ne reste ni plus ni moins qu’une ampoule blanche… Rien de bien révolutionnaire niveau déco et ambiance. Ah si, on peut peut-être citer l’esthétique du plafonnier ou de la lampe. Mais l’ampoule, elle, a-t-elle quelque chose à voir là-dedans ?

L’éclairage domotique sait comment créer l’ambiance !

Entre les ampoules colorées et l’éclairage à température graduelle, il semblerait que, par définition, l’éclairage domotique soit multiple et donc bien plus inventif que sa version classique. On peut donc compter sur lui pour donner le “la” côté déco et ambiance.

Place à un lampadaire diffusant une lumière plus ou moins puissante pour semer une atmosphère tantôt chaleureuse, tantôt intimiste ; des LED colorées venues twister l'illumination de la piscine ; un néon à température variable dans la chambre d’ado, des spots dirigés pour valoriser les tableaux longeant le couloir ou pour mettre en évidence les plus belles plantes côté jardin.

Bref, les possibilités ne manquent pas pour placer la lumière au coeur de la déco !

À propos… de l’installation

Éclairage classique = installation classique 

On tend à oublier que l’électricité de la maison est totalement câblée. Derrière les murs et plafonds sont cachés ces mètres de fils disgracieux qu’on se passe bien d’avoir sous notre nez. De fait, l’ajout d’un nouvel éclairage implique de dissimuler le câblage derrière des plinthes ou d’accepter qu’il traîne par terre. Classique !

Installation simplifiée pour un système domotique !

Exit le câblage ! Pour installer un détecteur de mouvement ou un interrupteur connecté, il suffit d’apposer des petits modules sur un meuble, une étagère, ou bien au mur, derrière l’interrupteur existant, à l’aide de supports adhésifs. Le résultat est discret et l’installation facile ! Et ça, c’est plutôt une très bonne nouvelle.

Ajouter un point d’éclairage connecté est aussi très simple. On appose simplement un émetteur/récepteur dans la boîte d’encastrement de l’interrupteur existant ou derrière l’interrupteur, on l’appaire au système connecté, et le tour est joué ! On peut aussi opter pour un nouvel interrupteur avec émetteur intégré ;).

À propos… du choix en magasin 

Du choix, oui, mais pas en terme d’utilisation…

Halogène, lampadaire, lampe d’appoint, appliques murales… Ok, l’éclairage classique a bel et bien de multiples facettes. N’empêche que, d’une ampoule à l’autre, la seule différence concerne le nombre de Watts supporté par chaque luminaire. Pour le reste, toutes, ou presque, diffusent une lumière blanche à température fixe. Une utilisation de l’éclairage plutôt limitée, et largement challengée par les modèles domotiques !

…ou alors de nombreuses possibilités

Prise électrique télécommandée, interrupteur connecté, ampoule colorée, détecteur de présence, capteur d’obscurité, ampoule version caméra de surveillance… Pas besoin de vous faire un schéma pour vous parler des différentes facettes et possibilités proposées par l’éclairage domotique ! Variation de lumière, éclairage haut en couleur et autonomique : il est difficile d’y résister.

À l’avenir, on peut d’ailleurs imaginer que les équipements seront de plus en plus connectés avec l’ajout de fonctionnalités complémentaires.

Pour l’heure, il reste à chacun d’élire la solution domotique d’éclairage intérieur ou extérieur et de s’approprier le matériel connecté le plus adapté à ses besoins et envies.

Quelques suggestions de module domotique d’éclairage selon les profils :

  • Pour un mordu de déco : des variateurs de lumière qui permettront de faire participer l’éclairage à l’ambiance, voire d’en faire un élément essentiel du décor, le tout en un clic.
  • Pour un petit budget : des prises électriques connectées afin d’y brancher plusieurs luminaires et de pouvoir les piloter à moindres coûts, sans avoir à investir dans un système domotique onéreux.
  • Pour un amoureux du jardin : c’est le moment d’investir dans une solution domotique d’éclairage extérieur, pilotable via un smartphone (ou une télécommande) pour personnaliser au mieux l’éclairage qui accompagnera les longues soirées d’été, et qui valorisera le mieux l’extérieur !

*Source : QueChoisir

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée