Vous saurez tout, tout, tout sur la centrale domotique

Centrale domotique

Les mantras d’une centrale domotique ? Piloter ta maison, tu sauras. Contrôler ses faits et gestes, tu apprendras. Sécuriser ton chez toi, tu pourras. Consommer mieux, tu arriveras. Oui, le système centralisé de domotique de votre maison n’est ni plus ni moins que le chef d’orchestre de vos équipements connectés. D’où l’engouement suscité par ses super-pouvoirs côté chauffage, éclairage, alarme, et on en passe. Et si on regardait de plus près ce qu'est une centrale domotique pour faire le point sur son évolution, son fonctionnement, ses différentes facettes et son large choix de possibilités ? Dans quelques lignes, vous serez incollable sur le sujet. 

Dix années d’ancienneté et d’évolution

Pour bien commencer, un peu d’histoire ! Car du haut de ses 10 ans et des poussières, la centrale domotique est une solution encore récente… qui s’est pourtant largement démocratisée en une décennie seulement. Ça mérite de regarder dans le rétro, et de retourner à l’époque où l’on venait tout juste (ou presque) d’ouvrir une page Facebook.

Flashback 10 ans en arrière

Une fois les tout premiers tests validés, les premiers modèles sans fil ont débarqué dans les rayons. C’était en 2009. Une décennie (et quelques) plus tard, le concept a conquis tout un marché, s’est diversifié et s’est largement amélioré. 

À l’époque, le fait de piloter sa maison à distance à l’aide d’un système domotique non filaire couvrant tout le périmètre habitable était un véritable bouleversement quant à la manière d’appréhender son chez soi.

Lire aussi :

Comprendre la maison connectée en 5 questions

Plus de contrôle, plus de sécurité, plus d’économies d’énergie, plus de confort, le tout, sans avoir besoin d’une liaison câblée entre tous les composants connectés de la maison. La maison connectée n’était plus limitée aux maisons en construction dans lesquelles un câblage pouvait être prévu en amont. Elle devenait ainsi accessible au plus grand nombre ; habitations existantes incluses. 

Génération 2020

Quid des systèmes de domotique en 2020 ? 

Alors, alors, aujourd’hui, la nouvelle centrale domotique a fait ses preuves et elle a le vent en poupe. Normal, elle est totalement en phase avec la montée en puissance générationnelle du “je contrôle tout, tout le temps, de n’importe où”, mais aussi du “je fais des économies et je me simplifie la vie”.

Souvent sous la forme d'une box connectée, elle se décline à l’infini : à travers une panoplie XXL de marques, de modèles plus ou moins complets, de mode de fonctionnement (filaire ou non, avec ou sans wifi, compatible avec tout type de protocole ou pas), à monter par des pros ou à installer soi-même. Il y en a vraiment pour tous les goûts, toutes les envies et tous les prix. 

Voilà pour l’intro. Prêts à rentrer dans le vif du sujet ? 

Fonctionnement : le b.a.-ba

À la question “comment ça marche ?”, une généralité sort du lot, et ce, tous types confondus. En effet, la plupart d’entre elles fonctionnent à l’aide de deux éléments clés : une unité centrale associée et des émetteurs (ou capteurs) du/des protocoles domotiques mis en place. Ce qui diffère selon chaque système choisi repose davantage sur la façon dont ces composants sont reliés entre eux et sur le nombre d’éléments appairés. Mais ça, c’est une autre histoire.  

Premier composant : une unité centrale

Dans les grandes lignes

L’unité centrale est un appareil électronique établissant la connexion entre les capteurs et appareils connectés de la maison. C’est, en d’autres termes, LE cerveau du système domotique. On la qualifie souvent de “box” de par sa ressemblance physique avec les box internet. Justement, qui se ressemble s’assemble, puisque, généralement, l’unité centrale se doit d’être connectée au réseau internet de la maison pour être paramétrée. 

Le cas des unités centrales se débrouillant sans internet

Bon à savoir : la majorité des box domotiques incluent une carte SIM. Le principe de cette SIM ? Faire appel au système anti-brouillage GSM pour continuer de fonctionner en cas de problème (coupure de courant ou coupure d’internet), mais aussi en cas de non accès à internet tout court !

Lire aussi :

Comment rendre sa maison connectée et intelligente ?

Un vrai “plus” lorsque la maison connectée est une résidence secondaire où l’on vit en mode… déconnecté. Un choix assez fréquent pour des raisons de coûts, de “non utilité” (être abonné mensuellement alors qu'on n'est presque jamais là), d’un raccordement compliqué selon l’emplacement de la maison ou alors, d’une absence de maîtrise de l'univers numérique ! 

Deuxième composant : le ou les module(s) de commande

Capteurs et émetteurs d’infos

On les appelle modules, émetteurs, capteurs, ou encore détecteurs. Quel que soit le nom choisi, ces éléments sont déterminants pour vous permettre de communiquer et d’interagir avec votre maison. 

Ce sont eux qui envoient des infos vers votre unité centrale et votre interface mobile (température d’une pièce, volets ouverts ou fermés, degré de l’eau dans une piscine connectée, CO2, fuite, intrusion…). 

Ce sont toujours eux qui réceptionnent vos informations de pilotage pour donner l’ordre d’actionner vos appareils connectés (ouvrir le portail, activer une notification d’alarme, éteindre l’éclairage…). En somme, ils sont le point de liaison entre votre habitat, votre unité centrale et le logiciel installé sur votre ordinateur ou votre smartphone.

Cas pratique d’un module domotique

Un exemple pour rendre l’explication ci-dessus plus concrète ? 

Prenons un module “chauffage”. Installé sur votre chauffage électrique, celui-ci vous donnera le plein d’infos via l’application mobile de votre box domotique. Il vous parlera notamment de la température actuelle de la maison, de la conso au jour le jour ou de l’historique des consos sur l’année. De votre côté, vous pourrez entrer en contact avec lui pour lui demander de s’éteindre en cas d’absence, de monter la température dans une pièce, de gagner quelques degrés selon une plage horaire donnée, avant de rentrer chez vous le soir, de respecter un budget conso ou de passer en mode hors gel. 

Une communication à double sens, facile et si pratique ! 

Comment comparer les différentes solutions domotiques sur le marché ?

“Same but different” ! Les centrales domotiques ont un but commun : centraliser le pilotage de la maison du futur (comprendre “la maison connectée”), mais les modèles varient du tout au tout selon trois critères majeurs : le mode de connexion avec des protocoles fermés ou ouverts, une mise en route avec ou sans fil et un coût d’investissement, plus ou moins élevé. Ceci étant dit, il est temps de détailler ces explications. 

Le mode de connexion

Premier point différenciant entre les modèles de box : les langages (ou protocoles) utilisés pour échanger les infos avec les capteurs. En l’occurrence, on distingue les protocoles fermés des protocoles ouverts. Attention, ça devient technique ;). 

Protocoles fermés

Ici, pas grand chose à dire puisque les protocoles ne sont pas très ouverts à la discussion. Pour résumer, derrière le terme de “protocoles fermés” se cache la compatibilité unique avec la marque de centrale choisie. Pas possible d’installer des capteurs provenant d’une autre marque car vous ne pourrez pas les associer au système ! 

L’avantage de ce protocole ? Une installation facile, puisqu’avec une marque unique, tout est pensé pour guider les clients : appli intuitive simple à prendre en main, appairage des appareils en quelques clics, des fonctionnalités à personnaliser toujours via la même appli Android ou iOS une fois la synchronisation réussie. 

Protocoles ouverts

Focus sur les centrales domotiques open source :

On parle de centrale domotique multi-protocoles ou open source. C’est-à-dire que la box domotique choisie est compatible avec des équipements de différentes marques. 

Choisir ce système “ouvert” implique de se mouiller à une installation plus complexe, parce qu’elle mélange des récepteurs de différentes enseignes à monter soi-même, mais aussi parce que l’unité centrale requiert de bonnes bases en informatique. 

En vous retroussant les manches, vous aurez néanmoins la satisfaction de ne choisir que les éléments qui ont une réelle utilité pour vous. Ou comment obtenir une box domotique 100% personnalisée, modulable, évolutive et efficace ! 

Se poser les bonnes questions en amont…

Quel que soit votre choix final, veillez à vous renseigner en amont de tout achat. Votre unité centrale implique-t-elle un fonctionnement multi-protocoles ? Les appli vous permettant de piloter votre box via mobile sont-elles compatibles avec d’autres marques ? 

L’autre question que vous pouvez aussi vous poser concerne les services inclus dans l’éventuel abonnement lié à votre box. Si celui-ci propose de nombreuses prestations dont vous n’avez pas besoin, et que vous préférez cibler les éléments domotiques qui vous sont indispensables, peut-être qu’une centrale multi-protocoles à installer vous-même est l’option qui vous convient le mieux. Vous pourrez ainsi ajouter des fonctionnalités compatibles au fil du temps, au gré des besoins et envies. 

L’installation avec ou sans fil

La solution filaire

Box domotique filaire = présence de câblage domotique ! Généralement, ce système est envisagé dans le cas d’une construction neuve (ce qui permet d’intégrer et de cacher les câbles dans les murs), ou alors, cela signifie que des travaux sont à prévoir. Si vous n’êtes dans aucun de ces cas de figure, c’est la désormais très convoitée solution sans fil qu’il vous faut ! 

Une solution sans fil

Une centrale domotique internet ou à courant porteur :

Plusieurs solutions pour remplacer les câbles communiquant entre l’unité centrale et les modules : une centrale domotique Wi-Fi, à système radio, bluetooth ou courant porteur (CPL). Comme quoi, le sans fil est vraiment le concept dernière génération ! 

Solution sans fil versus solution filaire, plusieurs bonus !

1. Pas de travaux coûteux et pénibles à prévoir pour câbler l’habitation. 

2. Piloter sa home sweet home à distance. 

3. Appareils plus intelligents, capables d’alerter ou de réagir face à des scénarios et des horaires précis. 

4. Interface mobile commune aux habitants de la maison pour piloter les éléments connectés selon des situations pré-programmées ou au cas par cas.

Le prix à payer

Le coût d’une centrale domotique est très variable selon la marque, la quantité de services proposés, la facilité d’utilisation, et le format fermé ou ouvert du protocole élu. 

Côté fourchette de prix, il faut généralement compter trois chiffres (de 200 à 999€), voire quatre (1000€ et plus) pour les modèles haut de gamme ou pour une installation domotique complète. 

En effet, dans le cas d’une solution connectée complète, certains investissements supplémentaires méritent d’être comptabilisés dans le coût d’achat de la box. C’est le cas des luminaires, à changer pour être compatibles au pilotage de l’éclairage connecté, des volets ou du portail à motoriser… En contrepartie, certaines gestions domotiques, comme le contrôle du chauffage, vous permettra, à terme, de réaliser des économies et de rentabiliser le coût d’investissement de départ. 

Nos conseils pour choisir votre centrale domotique

Pour que votre maison connectée trouve chaussure à son pied, il est nécessaire de réfléchir en amont à l’usage prévu, à vos priorités et à votre degré de connaissances en installation électronique. Qu’est-ce qui vous motive à investir ? Est-ce d’installer une alarme de sécurité et d’ouvrir le portail et point barre ? Ou est-ce une volonté plus globale (piloter à la fois la température intérieure, la qualité de l’air et les volets) avec éventuellement des services annexes (l’arrosage extérieur, une piscine connectée) ? Etes-vous néophyte en matière de domotique, ou un pro du bricolage et du Do It Yourself ? Allez, voici nos préconisations pour chaque réponse à ces questions. 

Selon que vous recherchez un usage précis…

Une box se limitant à quelques fonctionnalités clés

La maison connectée est un concept qui vous fait rêver, mais par petites touches seulement ! Pour vous, il ne s’agit pas de commander chaque élément de votre chez vous, mais plutôt de cibler une, deux ou trois fonctionnalités qui apporteraient plus de confort, de sécurité ou d’économies à votre train-train quotidien. 

La philosophie “less is more” est pour vous, et la centrale domotique spécialisée aussi ;). Le but : se restreindre aux services qui vous sont essentiels pour limiter les fonctionnalités à prendre en main et dans lesquels investir.  

Une box spécialisée dans un seul secteur

Autre possibilité en terme de box spécialisée ? Viser un secteur précis de la domotique qui suscite tout particulièrement votre intérêt. 

Supposons que ce qui vous importe est de gagner en matière de sécurité. Dans ce cas, exit les options venant booster votre confort ou réduisant vos consos d’énergie. On se focalise à 100% sur les solutions mêlant centrale d’alarme et domotique. 

Lire aussi :

Domotique & sécurité : comment protéger sa maison ?

Au menu, des fonctions dédiées à la sécurité avec caméras de surveillance 24h/24 et 7j/7, détecteur de mouvement, simulation de présence, alerte incendie, sirène d'alarme déportée, contrôle d'accès… 

Une longue liste, mais un domaine précis. C’est aussi ça être sélectif. 

… ou que vous voyez la maison connectée en grand

Place à la révolution connectée. Pour vous, pas question de se limiter au pilotage des volets et du chauffage : autant tout gérer à l’avance et à distance, via des scénarios programmés sur mobile pour chaque aspect de votre chez vous.

Eclairage, chaîne Hi-Fi, portail, chauffage, pollution intérieure, alarmes anti-intrusion, fuite d’eau, panne de congélo, kit centrale alarme et domotique… L’objectif est que rien ne vous échappe ! 

L’idéal pour vous ? Un sustème généraliste incluant un maximum de services et de prestations à installer dans l’immédiat ou plus tard. L’important est de pouvoir étoffer votre pilotage connecté au maximum à l’avenir. 

Avec un protocole open source si vous êtes bricoleur ?

Vous, votre truc, c’est l’art du bricolage. Vous maîtrisez suffisamment les outils informatiques. Vous avez de bonnes notions en programmation électronique. Vous aimez personnaliser les services que vous utilisez pour payer moins, vous rapprocher de votre usage exact et adopter une conso agile, souple et évolutive. 

En bref, ce qu’il vous faut, c’est un système open source. Vous savez, celui qui a été mentionné plus haut. 

Concrètement, cela signifie que vous devrez mettre la main à la pâte en toute autonomie pour l’installation, sachant que le Dieu des forums sera là pour vous aider. C’est sûr, vous risquez d’y passer un peu de temps, mais c’est à vous d’évaluer si le jeu en vaut la chandelle… 

Choisir une marque fiable pour être plus serein

Le mot de la fin ? La fiabilité ! Quel que soit votre profil et l’usage clé de votre futur box domotique, quitte à réaliser un tel investissement, autant choisir un modèle issu d’une marque fiable. 

Ce parti pris sera gage de qualité, de pérennité, de confiance… et de sérénité ! Bien que l’offre domotique existant sur le marché soit globalement reconnue comme sérieuse, une marque qui a fait ses preuves ou qui repose sur l’expérience d’un gros groupe, c’est rassurant.

Pour les anxieux, cela signifie qu’elle ne devrait pas disparaître demain, ni elle, ni son appli, ni son service client ou ses produits connectés. Pas besoin de se soucier de voir vos investissements réduits en miettes ! 

À ce sujet, faut-il rappeler que vous pouvez compter les yeux fermés sur Sowee, filiale EDF ? 😉

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée