Interrupteur & domotique : faites toute la lumière !

interrupteur domotique

Ah l’interrupteur ! Qui aurait cru que cet indispensable de tout système électrique se réinventerait sous un nouveau jour ? Plus discret, plus nomade, plus design, plus polyvalent, l’interrupteur connecté a tout pour nous surprendre et nous séduire. Du pilotage de l’éclairage version dernière génération, au pilotage des volets et autres accessoires domotiques de la maison, voici une petite fiche d’identité de ce qu’est devenu aujourd’hui celui qui "switche" entre “on” et “off”, au gré de nos envies. 

Interrupteur tradi et interrupteur connecté, quelle différence ?

Interrupteur simple et interrupteur va-et-vient : la base !

Les interrupteurs muraux classiques, ces petits boîtiers blancs que l’on a utilisé toute notre vie pour allumer ou éteindre la lumière, sont communément connus sous l’intitulé technique d’interrupteur simple et d’interrupteur va-et-vient.

Dans les grandes lignes

Très rapidement, ça donne :

– Un interrupteur simple (ou bouton poussoir) qui se caractérise par un point de commande unique. C’est-à-dire que l’interrupteur est le seul à être associé à un luminaire donné, et donc le seul à pouvoir lui donner l’ordre de s’allumer ou de s’éteindre.

– Un interrupteur va-et-vient, soit un circuit d’éclairage à actionner depuis plusieurs points de commande différents. Par exemple, il peut s’agir de deux interrupteurs placés à des endroits différents (l’un à l’entrée et l’autre la sortie du couloir), mais permettant d’actionner le même luminaire (en l’occurrence, celui du couloir).

Bref, rien de révolutionnaire jusqu’ici. En tout cas, pas avant d’en venir à l’interrupteur connecté !

Version connectée, ce qui change

Quand la domotique à la maison s’attaque à l’interrupteur, on obtient une multitude de possibilités supplémentaires par rapport au fait d’actionner l’éclairage via un pressoir mural.

Ça mérite au moins un topo quant aux différentes promesses de l’interrupteur connecté.

Le pilotage domotique, à distance

L’interrupteur du futur est un interrupteur mural qui s’est métamorphosé, non pas en papillon, mais en une télécommande ou un boîtier nomade, relié à des ampoules connectées. Ce qui nous mène gentiment à une activation à distance, à partir d’un boîtier centralisant l’éclairage (ou autre). Et la lumière fut !

Mais attention, ça ne veut pas dire que l’interrupteur classique est en voie de disparition pour autant ! Conserver un point de commande local pour allumer la lumière sans passer par son smartphone ou sa télécommande, c’est toujours rassurant, juste au cas où. De quoi miser sur une cohabitation habile entre télécommande connectée et interrupteur lambda.

L’intensité de la lumière, à portée de main 

Pouvoir doser l’intensité de l’éclairage et activer des actions spécifiques aux ampoules connectées (comme le mode économies d’énergie par exemple), voilà qui est un argument de choix pour la team des interrupteurs connectés !

Un interrupteur multitâches, allant au-delà de l’éclairage

Contre toute attente, l’interrupteur dernière génération n’est pas monotâche ! En effet, la télécommande domotique inclut parfois le pilotage d’autres accessoires connectés, comme les volets.

Elle peut aussi offrir des services complémentaires très utiles. On citera par exemple la programmation de commande à des plages horaires définies ou la notification des accessoires qui consomment le plus d’énergie. Pour cibler les grands méchants énergivores de la maison, et les remplacer à terme, c’est pas mal !

Télécommande vs smartphone : plus rapide et plus accessible

Bye-bye le smartphone, l’interrupteur connecté fonctionne principalement avec une télécommande. Même si ça se discute, on peut percevoir celle-ci comme étant plus intuitive et plus rapide qu’un pilotage sur téléphone : pas besoin de se connecter à une appli, l’activation d’un bouton suffit, et celui-ci est accessible facilement à toute la famille, enfants compris !

Une installation simple comme bonjour

Autre atout de l’interrupteur intelligent ? Faire immersion dans la maison en deux temps trois mouvements avec le choix d’un système non filaire. Aucun branchement électrique n’est requis, la domotique peut prendre place sans attendre.

Bref, il y a de quoi se laisser convaincre !

L’interrupteur domotique, quelles tendances au premier rang ?

Tous fans de l’éclairage à intensité variable

En domotique, l’interrupteur à variateur a beaucoup de potentiel pour faire des heureux.

Plus de confort

À l’heure où le confort de son petit nid douillet est de plus en plus une priorité quotidienne, l’éclairage à intensité variable sait comment nous faire succomber.

Exit les pièces sur-éclairées où il faut faire avec l’unique ampoule un peu trop vive et agressive à la vue. Finie aussi la multiplication de lampes d’appoint venues créer une lumière douce, tamisée et modérée pour contrer l’effet « lumière blanche ».

Désormais, une seule et même source de lumière peut changer d’intensité, et s’adapter à tous les moments de la journée, et à toutes les envies : éclairage maximal à un instant T, lumière tamisée en fin de soirée, un entre-deux pour le dîner…

Plus d’économies d’énergie

En plus de l’ambiance lumineuse, y a-t-il des arguments à mentionner côté porte-monnaie ? Oui, oui, on y vient 😉

C’est que la fonction de variateur lumineux de l’interrupteur domotique présente un autre point fort appelé économies d’énergie.

Le lien de cause à effet est simple à démontrer : si on réduit l’intensité de la luminosité, on réduit la conso électrique et on la fait coller au plus près de votre usage réel en matière d’éclairage intérieur. Ou comment faire d’une pierre deux coups et honorer l’une de vos résolutions 2020 « réduire mes consos d’énergie » (facile à deviner).

Ce qu’il vous faut

1. Un interrupteur connecté, mais ça, vous le saviez déjà.

2. Des LED à gradation, colorées ou non ! Que voulez-vous, le marché de l’éclairage connecté est plein d’idées déco, même les plus fantaisistes.

3. Vérifier que vos lampes sont adaptées à un éclairage "dimmable", c’est-à-dire à un éclairage dont l’intensité lumineuse peut varier.

Le cas de l’interrupteur pour volet roulant

L’usage des interrupteurs à télécommande ne s’arrête pas à l’éclairage. Nombreux d’entre eux peuvent se vanter de commander plusieurs appareils domotiques à la fois. La polyvalence d’abord ! Et hop, quelques cordes de plus à leur arc.

On cite notamment le pilotage marche/arrêt du Wi-Fi, la commande de la VMC, le contrôle vocal, le réglage de l’heure, la fonctionnalité « économies d’énergie »… ou la très prisée ouverture et fermeture des volets. L’occasion de s’y arrêter deux minutes.

Sésame, ouvre-toi !

L’interrupteur connecté s’est diversifié dans le but d’offrir d’autres conforts parmi les plus demandés à la maison, dont le pilotage des stores et volets roulants. En programmant l’heure d’ouverture, il s’agit de voir le jour se lever (et les volets avec), sans quitter son lit. Le soir, plutôt que de fermer chaque store un à un, l’interrupteur connecté s’en charge à votre place.

Si vous possédez des volets motorisés, c’est facile de les rendre intelligents. Ce qu’il vous faut ? Installer un module de pilotage de volets compatible avec votre interrupteur domotique. Objectif : activer ou programmer leur position en mode « montée » ou en mode « descente » depuis une télécommande.

Merci qui ? L’interrupteur connecté.

L’installation d’un interrupteur connecté : niveau facile !

La configuration

Et maintenant, comment procède-t-on à l’installation ? Si vous vous posez la question, pas de panique ! L’interrupteur connecté est facile à installer.

Tout d’abord, le boîtier domotique se fixe/visse au mur à l’endroit qui vous convient le plus.

Ensuite, étant donné qu’il s’utilise comme une télécommande, il est nécessaire de l’appairer à la box domotique ou à un hub pour lui permettre de piloter à distance ses petits. En principe, cette connexion se configure grâce à une application. Bon à savoir : lorsque la box domotique et la télécommande sont de la même marque, la détection du nouveau module « interrupteur » est généralement automatique, ce qui simplifie l’étape de synchronisation et d’appairage.

Installation de l’interrupteur sans fil, les plus

Pour faire court et efficace, on a choisi de parler des qualités/défauts de l’installation non filaire (laquelle caractérise l’interrupteur connecté), sous forme de questions/réponses. Vous verrez, l’interrupteur connecté n’a pas beaucoup de défaut, et on le dit en toute objectivité !

Installation sans fil, un plus ?

Adopter un pilotage connecté de l’éclairage, c’est privilégier une installation non filaire. Pas besoin de percer les murs ! Adieux les câblage des interrupteurs électriques installés durant des travaux de rénovation ou de construction.

En somme, c’est LE choix idéal pour s’affranchir de travaux et de câbles électriques reliant traditionnellement, un luminaire à un/des interrupteur(s). Un sacré souci de moins à se faire.

C’est ça la magie de l’éclairage connecté, qu’il opère via un interrupteur Bluetooth, via un interrupteur Wi-Fi domotique ou Z-wave (si vous envisagiez l’option de créer votre propre réseau domotique) !

Des inconvénients ? On cherche…

À la limite, on peut citer un inconvénient : la recharge à prévoir pour les piles du boîtier, car ce sont elles qui lui apportent l’énergie nécessaire.

Mais est-ce vraiment un inconvénient ? Comparé à l’installation de câbles « intra-muros » des systèmes électriques filaires, qui représente bien plus qu’un léger désagrément si l’on n’est pas dans le cas d’une maison neuve à bâtir. D’autant qu’il existe des interrupteurs domotique sans pile pour ceux que ça gênerait vraiment ;).

Se faire une idée prix, marque et modèles avant de passer à l’achat

Le prix à l’achat

Comme bien d’autres secteurs liés à la domotique, l’interrupteur connecté a le vent en poupe. Dans les grandes surfaces dédiées au bricolage ou à l’électroménager, cet engouement se traduit par un vaste choix de modèles, de design et de prix. Petits et gros budgets, chacun y trouve son compte.

Concrètement, sachez que si les interrupteurs lambda démarrent à partir de 3€, il faut davantage compter sur un prix minimum de 50€ pour les interrupteurs connectés. Un prix à multiplier par trois pour la fourchette haute !

Autre conseil complémentaire au budget pour faire son choix

Checker la compatibilité de l’interrupteur avec l’appareil domotique auquel il sera appairé avant de passer en caisse ! De même pour les ampoules connectées, bien entendu.

Les interrupteurs tactiles, coup de coeur assuré

Parce que commander lumière, volets et compagnie par simples effleurements manuels, c’est so chic et so pratique, vous adopterez peut-être les interrupteurs tactiles &connectés.

Ici, pas de bascule de la traditionnelle position marche et arrêt de l’interrupteur. On actionne le système en glissant son doigt sur le capteur.

Non seulement l’effet vient mimer la tendance des écrans tactiles de nos smartphones et tablettes, mais en plus, ce type d’interrupteur se fait remarquer par son design très soigné. Un best-seller en devenir !

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée