Quand la domotique se met au service des seniors !

Domotique senior

Avancer dans l’âge est source de maturité, de nouveaux plaisirs et de temps pour soi. Mais c’est aussi être davantage exposé à une éventuelle perte d’autonomie et à des soucis de santé… Des faiblesses qu’il est possible de compenser en misant sur la maison intelligente et les objets connectés ! Tâches domestiques automatisées, réduction des efforts à réaliser, santé surveillée à la loupe et habitat sécurisé : qui a dit que la vie au troisième âge était nécessairement compliquée ? Avec ce dossier spécial domotique seniors, la vieillesse prend un sacré un coup de jeune ;).

Seniors & domotique, état des lieux

Le contexte : une population qui vieillit !

Quelques chiffres pour commencer, ça vous dit ? Accrochez-vous bien. Car d’après une étude publiée en 2019 par l’Insee¹ en 2050, la France comptera près de 4 millions de seniors en perte d’autonomie, contre 2,5 millions en 2015 !

Ce qui signifie que pour maintenir le pourcentage des personnes dépendantes d’une aide externe en maisons de retraite, il faudrait augmenter de 50% le nombre des places à horizon 2050…

Un enjeu de taille qui incite à déployer de nouvelles pistes de réflexion et de nouvelles solutions. Ce n’est donc pas un hasard si la domotique s’intéresse de près au cas des personnes âgées.

Le constat : favorisons le maintien à domicile !

Le maintien à domicile apparaît comme une alternative idéale à l’offre des établissements pour personnes âgées, laquelle risque d’être insuffisante dans le futur.

Mais c’est loin d’être la seule raison d’aider les seniors à continuer de vivre chez eux ! Car pour les premiers concernés, l’envie de rester autonomes et l’attachement sentimental au lieu de vie font l’objet d’une véritable quête existentielle de bonheur, de bien-être et de bien vieillir.

Lire aussi :

Objets connectés & seniors ? Les deux font la paire. Si, si !

Au total, ce sont 90% des Français² qui préfèreraient, dans le cas d’une dégradation physique liée à l’âge, adapter leur maison plutôt que d’intégrer un établissement spécialisé. Une préférence nettement soulignée par le documentaire “J’y suis, j’y reste”³ dirigé par la psychologue clinicienne Marie Delsalle entre 2012 et 2017. Ce qui ressort des témoignages des seniors y étant interrogés ? Rester chez soi, c’est rester soi-même !

Preuve qu’au troisième âge, on préfère adapter sa maison plutôt que de s’adapter à un nouveau lieu de vie et à nouveau type de vie en communauté. Vieillir chez soi, c’est garder ses bonnes vieilles habitudes, vivre dans un cadre familier, préserver son sentiment de liberté.

Ce qui explique que les maisons de retraite soient parfois boudées… La bonne nouvelle les concernant ? Elles sont de plus en plus conquises par la domotique pour résidence de seniors. Ce qui améliore nettement le quotidien de leurs occupants ;).

L’autre constat : il faut sécuriser les seniors et leur maison 😉 

Autre raison de répondre aux besoins de nos aînés pour leur permettre de continuer à occuper leur logement en toute sécurité et en toute sérénité ?

Contrer les effets indésirables de la vieillesse : perte d’autonomie, problèmes de santé, vulnérabilité en cas d’accident domestique ou en cas de cambriolage. Et s’il était possible d’inverser la tendance pour faciliter la vie de personnes âgées ? La réponse est oui ! On prendra le soin de la détailler tout au long de cet article pour y voir plus clair ;).

Une technologie de plus en plus facile à prendre en main

Si la prise en main des objets connectés est un véritable champ de mines pour les plus de 60 ans (toutes les générations n’ont pas grandi avec une tablette dans les mains !), ce qui est bien avec le boom de la domotique dédiée aux seniors, c’est qu’elle est chaque fois plus accessible et facile à utiliser.

En effet, elle fonctionne à l’aide de kits domotiques, eux-mêmes liés à des applis mobiles de plus en plus performantes et intuitives. De quoi gérer facilement toute la maison depuis une tablette ou un smartphone !

Alors oui, c’est vrai, une petite formation est généralement nécessaire pour permettre aux seniors d’appréhender l’appli en question, se familiariser avec le paramétrage des fonctionnalités, prendre en main l’outil et réussir à interagir avec la maison. Mais si la prise en main n’est pas immédiate, ce n’est qu’une question d’habitude et de temps. Au bout du compte, appli et box domotique deviennent les meilleurs alliés des seniors ;).

Un coût inférieur à une aide à domicile, eh oui !

Encore un bon point à noter sur le tableau : celui du coût de l’investissement domotique seniors.

Certes, celui-ci représente un budget non négligeable. Pourtant, le coût global engendré est généralement moins onéreux qu’une place dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou qu’une aide à domicile.

Mieux, depuis 2016, la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement⁴ donne accès à des aides financières pour faciliter l’accès à la domotique auprès des personnes âgées aux revenus modestes. Tout pour ne plus avoir à redouter l’arrivée du troisième âge !

Perte d'autonomie : la maison connectée prend le relais

Merci les objets connectés et la maison automatisée !

La recette magique du maintien à domicile des seniors se compose de plusieurs ingrédients qui changent la vie ! Au menu : des objets connectés et des appareils motorisés qui permettent à la fois de faciliter la gestion des appareils et de renforcer la sécurité de la maison et des seniors. On regarde de plus près ?

Tout pour limiter les déplacements

Une appli mobile 

La domotique senior fonctionne à l’aide d’une appli mobile grâce à laquelle il est possible de piloter les installations de la maison à distance sur un téléphone portable. Parfait pour limiter les déplacements et les efforts physiques !

Vers une commande vocale !

Plus simple encore qu’une gestion de la maison via l’appli ? Utiliser la reconnaissance vocale ! Ainsi, même pas besoin de toucher à son téléphone pour allumer la lumière, ouvrir le portail, mettre en marche la musique, fermer les stores, monter la température du chauffage, mettre en route la télé ou même lancer un appel d’urgence. Il suffit de s’adresser à l’assistant vocal domotique (Amazon Alexa chez Sowee par exemple), lui soumettre une demande et celle-ci est exaucée à l’instant. Oui, la domotique donne des ailes aux seniors !

Des appareils programmables

Il y a encore mieux que d’obéir à l’appli ou à la voix en temps réel, puisque les appareils programmables sont capables de fonctionner en toute autonomie lorsqu’on les paramètre à des plages horaires/journalières précises (on parle alors de “scénario domotique”).

Même plus besoin de réfléchir ou de mémoriser quoi que ce soit, les volets motorisés, le chauffage domotique, l’éclairage connecté, le portail ou l’arrosage automatique se mettent en marche tout seuls à l’heure à laquelle on les a programmé. Un sacré “plus” pour n’avoir ni à bouger le petit doigt ni à se créer des nœuds au cerveau ;).

Tout pour assurer la sécurité de la maison

Même si on n’aime pas trop les généralités, c’est indéniable, les seniors sont plus vulnérables que les adultes de moins de 60 ans envers un cambriolage, un incendie ou une fuite. En effet, selon leur état de santé et leur force physique, leur capacité à se défendre et leur réactivité sont plus limitées.

D’où l’importance d’acheter aux seniors un système de pilotage domotique pour booster leur sécurité et celle de leur logement. Mais aussi pour qu’ils y vivent le plus tranquillement possible et que leurs proches soient également rassurés.

Parmi les systèmes connectés qui ont la clé : la vidéosurveillance, l’alarme domotique, le détecteur de mouvement, le détecteur de fuite ou le détecteur de fumée.

L’idée est de les paramétrer pour que chacun d’eux lance l’alerte de la façon qui nous semble la plus efficace : activation de la sirène, éclairage virant au rouge ou réception d’un SMS à la fois par la personne habitant les lieux et par une ou plusieurs personnes tierces en plus (les enfant par exemple !). L’objectif ? Faciliter une intervention extérieure rapide en cas de besoin !

À savoir que certains détecteurs de fuite sont si intelligents qu’ils sont capables de limiter les dégâts en toute autonomie, en coupant le gaz par exemple. Force est de reconnaître que c’est très pratique pour vivre plus serein au quotidien ;).

Problèmes de santé : ces objets connectés qui changent la vie 🙂 

Vive la domotique axée “santé” !

C’est bien connu, la deuxième partie de l’existence est généralement plus propice à l’apparition de maladies chroniques que la première. Mais heureusement, la domotique s’est immiscée dans l’univers de la santé, et les bénéfices sont multiples ! Améliorer la vie des patients, alléger la contrainte liée au suivi médical, leur permettre de surveiller leur santé au quotidien à la maison, donner illico presto l’alerte au médecin en cas de besoin… La liste est longue !

Trois objets connectés en particulier font la différence : le glucomètre, le tensiomètre et le pilulier intelligent. Prêt pour un focus sur chacun d’eux ?

Zoom sur le glucomètre

Le but du glucomètre n’est, en aucun cas, de remplacer le rôle du médecin. En revanche, il est très utile entre deux rendez-vous médicaux ! Le but : permettre aux seniors atteints de diabète de contrôler leur taux de glycémie en temps réel tous les jours et ainsi pouvoir agir rapidement en cas d’anomalie.

Cet outil de santé connectée est également pratique pour le médecin, puisqu’au moment de faire une évaluation de la maladie, il bénéficie d’un regard sur des données quotidiennes.

Focus sur le tensiomètre

Autre dispositif connecté reconnu par le milieu médical ? Le tensiomètre ! S’adressant aux personnes souffrant d’hypertension, cet objet intelligent contrôle la tension artérielle au jour le jour pour rester aux aguets d’un éventuel dépassement alarmant.

Tout comme le glucomètre, l’autre atout de cet objet connecté est de bénéficier d’un historique complet ! De quoi adapter et réajuster au mieux le suivi médical pour que le traitement (curatif ou préventif) soit le plus efficace possible.

Oui au pilulier intelligent !

La mémoire n’est pas infaillible… et c’est d’autant plus le cas quand on avance en âge. Ça tombe plutôt mal car les seniors sont nombreux à être concernés par une prise de médicaments régulière qui sollicite… la mémoire.

On se rassure tout de suite, la chance que nous avons est de vieillir au 21e siècle, ère de la domotique et des piluliers intelligents ;). Hyper pratique que de confier la tâche à un objet extérieur de penser à notre place et de servir de pense-bête pour ne jamais oublier la prise d’un traitement médical !

Accidents domestiques : la téléassistance surveille et lance l'alerte

Trop d’accidents de la vie courante chez les seniors 🙁 

Baignoire trop haute à enjamber, escaliers pentus pour aller à l’étage, sol humide et glissant dans la douche, déplacement dans l’obscurité la nuit en direction des toilettes… Quand on perd en autonomie, un accident est vite arrivé, notamment lorsque les logements ne sont pas adaptés aux personnes âgées.

Pas étonnant alors que les seniors soient la tranche de la population la plus touchées par les accidents de la vie courante, et notamment par les chutes. D’après les données publiques de l’agence Santé publique France⁵, on compte une chute par an pour un tiers des plus de 65 ans et 9000 décès en moyenne chaque année suite à une chute accidentelle chez les personnes âgées :(.

L’objectif : réduire le risque d’accidents et de chutes !

Les chiffres que l’on vient de citer en disent long sur l’urgente nécessité de trouver de nouvelles solutions pour limiter les risques d’accidents et de chutes !

Pour commencer, on se concentre sur les zones à risques chez les seniors (comme la salle de bains, la chambre ou la présence d’escaliers) et on veille à améliorer l’aménagement. Quelques pistes : la mise en place d’un éclairage automatique grâce à un détecteur de mouvement ou l’ajout d’un tapis de sol antidérapant dans la baignoire. Mais surtout : l’installation d’un système de téléassistance ! Allez, on vous en parle tout de suite maintenant.

Les détecteurs de chutes, la téléassistance et la vidéosurveillance

Difficile de stopper totalement le risque de chute chez les seniors. Par contre, il est possible de se tourner vers les dernières innovations domotiques pour pouvoir intervenir dans les meilleurs délais en cas de pépin ! C’est là que les détecteurs de chutes entrent en piste. Le principe : un bracelet bip d’urgence ou un médaillon domotique équipés d’un bouton poussoir. En cas de malaise ou de chute, l’utilisateur peut déclencher un appel d’urgence à la centrale de téléassistance en appuyant dessus.

Autre possibilité ? Mettre en place un dispositif de vidéosurveillance pour que l’entourage puisse veiller sur un parent ou un proche âgé à distance et en toute facilité !

C’est la fin de notre panel de solutions pour faciliter le quotidien des seniors ;). Si la santé connectée vous intéresse, prenez quelques minutes pour lire aussi notre article dédié aux objets connectés pour la santé.

*source : Insee

**source : OpinionWay en 2012 pour l'Observatoire de l'intérêt général

***documentaire en trois volets “J’y suis, j’y reste” mené par la psychologue clinicienne Marie Delsalle et réalisé entre 2012 et 2017 par Leroy Merlin Source & l’AG2R LA MONDIALE, organisme français, à but non lucratif, de protection sociale et patrimoniale. 

****Loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, janvier 2016 (Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes) 

*****Données publiques de l’agence Santé publique France, en partenariat avec les caisses de retraite en interrégime, novembre 2019 

 

 

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée