La maison écologique en 7 questions/réponses

Maison écologique

À l’heure où les démarches pour prendre soin de la planète prennent une place de plus en plus importante dans nos habitudes de vie, la maison écologique gagne du terrain. Elle s’annonce comme LA nouvelle alternative aux constructions "du passé" peu soucieuses de leur étiquette énergie. Une petite révolution pour réduire notre empreinte énergétique et réinventer l’habitat de demain ! L’occasion de dresser le portrait de ce concept de maison durable et peu énergivore en 7 questions (et en 7 réponses surtout !).

1. Une maison écologique, qu’est-ce que c’est au juste ?

Par définition, il s'agit d'un habitat qui se veut respectueux de l’environnement. S’il existe plusieurs typologies de maisons écolos (on les détaillera plus tard), toutes se rejoignent sur cette priorité.

Un mantra qui s’illustre aussi bien dans le choix de matériaux d’origine naturelle ou recyclables, que dans la quête perpétuelle de réduire les besoins d’énergie et la conso globale de l’habitat.

Quant au choix d’équipements peu gourmands en énergie et en eau, ou encore celui de la conception de la construction, pensée pour être en harmonie avec l’environnement : ils font aussi partie du cahier des charges.

Oui, la maison du futur est une construction durable, et elle est aussi prometteuse qu’exemplaire !

2. D’ailleurs, pourquoi construire une maison respectueuse de l'environnement ?

En voilà une question à réponses multiples ! C’est qu’il existe plusieurs arguments pour vous donner envie de passer à l’habitat écolo. Et vous vous imaginez bien qu’on va prendre le temps de tous les lister ;).

S’engager personnellement dans une démarche écoresponsable

D’abord, ce choix a du sens lorsqu’on souhaite s’engager un peu plus fort et un peu plus loin vers une démarche écoresponsable. Vous savez, cette petite voix qui nous pousse à ne consommer que des produits locaux et de saison, puis à acheter moins de plastique ou à limiter l’usage de la voiture pour moins polluer. Pouf, un beau jour, c’est cette même petite voix qui nous conduit à nous lancer dans la construction d’une maison durable !

Lire aussi :

Plouf, votre nouvel allié pour devenir incollable sur les éco-gestes !

Si cette voix arrive jusqu’à vous, c’est que vous êtes prêt à faire de l’écologie (et des économies d’énergie) une priorité pour changer la nature de votre habitat. Une façon engagée de réduire significativement au quotidien son empreinte énergétique et d’ancrer davantage ses priorités de vie autour de l’environnement.

Réaliser des économies d’énergie, of course

Franchir le cap de la maison écologique, c’est aussi s’assurer de réaliser des économies d’énergie sur le moyen et long terme ! En effet, les constructions écolos améliorent la performance énergétique, limitent la conso en eau, et réduisent, par conséquent, la facture de chauffage, d’eau et d’électricité pour une même surface. Que du bonus !

Un corps sain… dans une maison saine

Sans oublier qu’étant parfaitement isolée et étant composée de matériaux naturels non transformés et recyclables (et donc sans ajouts toxiques), la maison écologique est plus saine pour la santé. Vive la qualité de l’air intérieur et le juste taux d’humidité !

Générer moins déchets à la construction

Puisqu’on y est, et hop, un dernier argument pour la route. Il s’agit du constat selon lequel la conception d’un tel habitat génère moins de déchets. Décidément écolo jusqu’au bout du toit la maison de demain !

3. Une maison écolo ou des maisons écolos ?

Des maisons écolos ! Eh oui, il n’existe pas un prototype unique de la maison écologique. De fait, le principe de l’écoconstruction est pluriel, ce qui permet de pousser plus ou moins loin le parti pris d’un habitat écoresponsable et avoir ainsi l’embarras du choix. C’est parti pour regarder de plus près les différentes possibilités !

Zoom sur la maison BBC (Bâtiment Basse Conso)

On la cite en premier car c’est tout simplement la maison écologique la plus courante dans l’hexagone.

Sa méthode de fonctionnement ? Se limiter à un seuil de conso d’énergie à ne pas franchir, notamment au regard des 5 principaux pôles de l’habitat, à savoir : le chauffage, la ventilation, la production d’eau chaude, l’éclairage et la climatisation.

Le seuil en question varie de 40 à 65 kWh par m² et par an selon plusieurs critères, comme la localisation géographique et la surface habitable.

Bon à savoir : la maison BBC est aujourd’hui la plus répandue. Et ce, notamment parce qu’elle est devenue le standard de base des constructions depuis que la Réglementation Thermique l’a pris pour référence en 2012 pour toutes les constructions neuves !

À la découverte de la maison passive

Autre construction écologique de choix : la maison passive, un habitat à très faible conso énergétique, particulièrement chouchouté dans les pays nordiques.

Son secret pour consommer peu ? Se chauffer, non pas à la bougie (ni avec des radiateurs), mais grâce à une bonne exposition au soleil et à l’utilisation d’appareils élec’. Au programme pour rendre possible ce concept : une isolation de très haut niveau, mais aussi 40 à 60% des fenêtres orientées sud pour capter un maximum de vitamine D et de chaleur :).

Portrait de la maison bioclimatique

Et la maison écologique bioclimatique dans tout ça ? Eh bien, elle vise à utiliser les ressources naturelles de l’environnement proche.

Son objectif consiste donc à améliorer le confort de vie tout en réduisant la conso d’énergie et en préservant le cadre naturel de la construction.

Parmi les règles d’or de ce type de ce concept architectural, on retient le fait d’orienter les pièces de vie plein sud pour réduire le chauffage en bénéficiant des rayons du soleil. Le choix du terrain selon son climat, ses zones de bruit et ses ressources naturelles, est aussi primordial. Sans oublier le choix d’équipements visant à améliorer la performance énergétique de l’habitat comme les pompes à chaleur, les panneaux solaires ou une isolation cinq étoiles !

Focus sur la maison positive

Pour la maison positive, que l’on appelle également “bâtiment à énergie positive” (BEPOS), rien n’est impossible, pas même d’inverser la tendance de la surconsommation d’énergie. Et pour cause, sa mission phare consiste à produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Preuve que l’on peut non seulement consommer beaucoup moins, mais surtout, aller jusqu’à avoir de l’énergie à revendre ! De quoi forcer notre admiration :).

Lire aussi :

Maison à énergie positive : produisez plus que vous ne consommez !

Côté mise en pratique, ce logement autonome s’appuie sur les mêmes fondamentaux que la maison passive, et s’équipe, en plus, d’une unité de production d’énergie. Il peut s’agir de capteurs solaires ou d’une pompe à chaleur par exemple. Un investissement onéreux au départ qui devient rapidement rentable, puisque, quelques années plus tard, on devient fournisseur d’énergie auprès d’EDF. Il faut bien vendre ce surplus d’énergie dont on ne se sert pas ;). Et, au bout du compte, tout le monde est gagnant !

La maison container, maison recyclable !

L’exemple d’une maison écolo construite à partir de matériaux recyclables, le voici !

Ou comment recycler et donner une nouvelle vie aux containers, tout en s’offrant une maison au style industriel, construite en un rien de temps et à faible impact environnemental ;).

4. SOS matériaux écologiques : lesquels choisir ?

Le code des maisons écologiques est strict. Ossature, isolation, couverture ou finitions : tous les matériaux utilisés dans les différentes étapes de la construction se doivent d’être naturels et durables (et si possible, locaux tant qu’à faire). Alors, vous êtes plutôt maison écologique de bois, de terre ou de paille ? En attendant de faire un choix, voici la liste des matériaux les plus utilisés !

Le bois

Ce n’est pas un hasard si les chalets de montagne sont en bois. Matériau noble recyclable et renouvelable, le bois est 10 à 15 fois plus isolant que le béton et combine merveilleusement solidité et légèreté. C’est pourquoi c’est un matériau de choix pour les ossatures et charpentes, qui peuvent ensuite être remplies d’un autre matériau écolo.

Le chanvre

Le chanvre est une plante peu gourmande en eau et en engrais. De plus, elle pousse vite ! Mélangée à de la chaux, elle se transforme en béton de chanvre, un matériau tout indiqué pour remplir l’ossature des écoconstructions. Côté pose et application, un certain savoir-faire est requis, d’où l’intervention d’un professionnel dans la majeure partie des cas !

La paille

Une maison en paille ailleurs que dans les contes pour enfant, ça existe ? Eh oui ! Et elle n’est pas aussi fragile qu’on l’imagine, au contraire ! En effet, il s’agit ici d’apposer des bottes de pailles au sein de l’ossature (que l’on enduit de chaux), pour obtenir ainsi des murs épais et une isolation de haut niveau. Vive les matériaux naturels !

La terre

La terre, ou plus précisément la terre crue, est une énième alternative de matériau écologique à envisager en cas de construction durable. Elle détient plusieurs atouts à son actif puisque sa fabrication ne requiert que très peu d’énergie (contrairement à la terre cuite) et qu’elle a la particularité de réguler le taux d’humidité de l’air ambiant ainsi que la température, en cas de chaleur estivale ou de froid hivernal. Un hop, un bon point pour l’élément “terre” !

5. Et sinon, quelles étapes prévoir pour la construction ?

Étapes d’une construction classique ou écolo : du pareil au même

Construction d’une maison écologique de A à Z ou extension version écolo : le processus de construction d’une maison écologique est sensiblement semblable à celui d’une maison traditionnelle. Ce qui change, c’est la démarche respectueuse de l’environnement avec moins de déchets produits, l’utilisation de matériaux écologiques et l’accent porté sur l’isolation, étape phare pour rendre l’habitat plus performant d’un point de vue énergétique.

Une étude minutieuse du projet en amont

Tout projet de construction, de par l’ampleur et les coûts qu’il représente, mérite une étude préalable particulièrement attentive. Cependant, celle-ci est d’autant plus marquée dans le cas d’une construction de maison écologique pour la simple et bonne raison que plusieurs paramètres entrent en jeu : l’optimisation de l’ensoleillement, les besoins en isolation, l’orientation des pièces ou la qualité des vitrages (histoire de tirer profit des apports naturels d’énergie).

Résultat : pour optimiser la future écoconstruction, se faire accompagner par un architecte peut s’avérer être un choix judicieux. Celui-ci peut nous aider à identifier nos besoins, à réaliser les plans, à nous orienter sur les matériaux à choisir, à déterminer le coût total et à nous détailler les règles d’urbanisme à respecter.

6. Côté équipements, que faut-il privilégier ?

Des équipements peu énergivores pour consommer moins et mieux !

D’après les critères phares de la maison basse consommation, une maison moins énergivore passe par un choix judicieux d’équipements performants, à commencer par le système de chauffage et d’eau chaude.

On privilégie alors un système basé sur les énergies renouvelables comme une pompe à chaleur air-eau, un poêle à granulés de bois ou un chauffage solaire. Côté électricité, l’idéal est de la produire soi-même pour être autant autonome que possible. Les panneaux photovoltaïques sur le devant de la scène ! À condition toutefois que la toiture soit bien exposée au soleil, et que l’inclinaison soit de 30%.

Et l’éclairage dans tout ça ? Eh bien, là aussi il est possible de faire des économies et de moins consommer. Mieux, il est possible de le faire à moindres coûts et en toute facilité. La solution miracle s’appelle ampoules à LED et est largement démocratisée puisqu’on la trouve aujourd’hui dans toutes les grandes surfaces.

Pour l’eau, c’est pareil ! Quelques bonnes pratiques et le tour est joué ! Au menu : des embouts régularisateurs d’eau pour les robinets, des chasses d’eau à deux vitesses et un système de récupération d’eau de pluie, fort pratique pour l’arrosage… ou le ménage !

L’électroménager, lui, doit répondre à la classe énergétique A+ (et plus si possible).

Des appareils intelligents, parce que maison écolo et maison connectée font la paire !

Maison écologique et maison connectée ont un point commun majeur : la quête d’économies d’énergie et d’une conso revue à la baisse ! Alors, pourquoi ne pas combiner les deux pour booster cet objectif ? Avec une centrale domotique – ou la Station connectée Sowee 😉 -, on pilote le chauffage et l’éclairage à distance pour mieux contrôler ses dépenses, et on visualise les pôles les plus énergivores de la maison pour rectifier le tir !

7. Et le prix, on en parle du prix ?

Mettons les pieds dans le plat tout de suite : oui, la construction d’une maison écologique a un prix, et il est plus élevé que celui d’une construction classique. Plusieurs facteurs alourdissent la facture : le coût des équipements naturels, recyclables, connectés et basse consommation, mais aussi l’intervention d’un constructeur spécialisé, voire même d’un architecte (pour bénéficier des meilleurs conseils quant à l’implantation et la performance du futur logement).

Alors oui, c’est vrai, la maison économique ET écologique n’est pas si évidente à trouver, et l’investissement de départ peut en décourager plus d’un. Cependant, tout est relatif, car sur le long terme, les dépenses sont rentabilisées au profit de nombreuses économies d’énergie et d’un confort de vie optimisé !

Lire aussi :

Ma Prime Rénov : la prime de transition énergétique en 5 questions

Par ailleurs, faire construire une maison écologique, c’est être éligible à d’éventuelles aides de financement. Subvention de collectivités locales, prêt à taux zéro, crédit d’impôt pour la transition énergétique, exonération de la taxe foncière : pour savoir si votre projet peut bénéficier d’un financement quelconque, n’hésitez pas à vous renseigner dans votre mairie, auprès de votre banque ou de faire un test en ligne !

Un jour ou l’autre, vivre dans une maison écologique sera certainement (on l’espère), devenu la norme :).

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée