Chauffage au sol : les plus (et les moins), tout ce qu’il faut savoir !

Chauffage au sol

Le chauffage au sol n'est plus vraiment ce qu'il était. Et tant mieux ! Longtemps boudé en raison de températures parfois trop hautes, ce système de chauffe a largement fait ses preuves depuis grâce à de belles avancées technologiques affinant son fonctionnement. Électrique ou hydraulique, c'est une solution de chauffage silencieuse, invisible et confortable, idéale à implémenter dans le cas d’une construction neuve ou d’un projet de rénovation. Décryptage de tout ce qu’il faut savoir à son sujet !

Plancher chauffant : qu’est-ce que c’est exactement ?

Tout est dit dans le nom, ou presque ;). Car on s’en doute, le chauffage au sol est un système de chauffe implanté… sous nos pieds. Mais avouons-le, c’est un peu flou tout ça.

Pour y voir plus clair, il faut faire preuve d’imagination. Et pour cause, le plancher chauffant n’est pas visible comme un radiateur, puisqu’il est caché, sous le revêtement du sol.

Tout commence quand le sol n’est encore qu’une dalle de béton mise à nu. Le chauffagiste entre alors en scène pour placer un isolant en polystyrène, et des picots. Puis, il dispose selon le système choisi, un réseau de câbles chauffant ou bien des tuyaux hydrauliques en escargot dans toute la maison entre chacun d’eux. Il les raccorde ensuite à la pompe à chaleur, et, lorsque le travail est terminé, il coule une chape de béton par-dessus.

Lire aussi :

Intégrer la domotique à une maison neuve, étape par étape !

C’est sur cette chape qu’est ensuite installé le revêtement de sol dur choisi (carrelage, tomette, pierre) – la moquette ou le parquet étant exclus, dans la majorité des cas, par souci de compatibilité. Et hop, comme par magie, l’espace peut être chauffé par un système de chauffage invisible qui ne prend aucune place ! Vous le voyez venir le gain de surface habitable et le débarras de radiateurs et tuyauteries apparentes ? Nous oui ! 

Ce système prometteur a cependant tardé à faire l’unanimité dû à une régulation limitée du chauffage, désagréable pour les jambes. Mais ça, c’était dans les années 70, une toute autre époque, loin derrière nous ! Aujourd’hui, le problème n’est plus grâce à l’arrivée des chaudières basse température, diffusant une température bien plus confortable pour les pieds.

On passe au fonctionnement ?

Système électrique ou hydraulique ? Notre coeur balance !

Dans la famille des chauffages au sol, deux possibilités. Le chauffage électrique et le chauffage hydraulique. Mais encore faut-il savoir comment les départager ! Allez, c’est parti pour mettre les choses au clair entre les caractéristiques et les différences de fonctionnement de chacun. De quoi vous aider à identifier le système qui vous correspond le mieux.

Le chauffage au sol élec’ : le plus courant

Fonctionnement

Le fonctionnement de celui que l’on appelle également “plancher rayonnant électrique” repose sur un câble chauffant à puissance continue, apposé à une trame plastique, elle-même installée sur une dalle d’isolation plate. Oui, on vous l’accorde, c’est un peu technique tout ça.

Les + : il s’agit de l’option la plus économique mais aussi de la plus facile à installer, à utiliser et à entretenir (c’est le cas de le dire puisqu’il n’y a aucun entretien à prévoir). Et c'est bien pour ça que cette solution de chauffage est la plus répandue.

Les – : si la pose est moins coûteuse que celle du chauffage hydraulique, cette option est plus énergivore à la longue.

La version hydraulique : la plus rentable à l’usage !

Fonctionnement :

Déjà, cette version cumule les petits noms : “plancher chauffant/rafraîchissant”; “plancher réversible”, “chauffage au sol à eau” ou “plancher hydronique”. De quoi annoncer la couleur ;).

Son fonctionnement ? Une installation reliée à un chauffage central à l’aide de tuyaux hydrauliques, lesquels sont placés sous le sol et à travers lesquels l’eau va circuler.

Un système qui, raccordé à une pompe à chaleur, devient multifonctions ! Ainsi en hiver, le plancher chauffant hydraulique chauffe la maison, et en été, il la climatise. En effet, le liquide caloporteur absorbe alors le surplus de température et les transfère vers le système de climatisation. Monsieur peut même former un super binôme avec les panneaux solaires ! Décidément, c’est un grand polyvalent.

Lire aussi :

Quel chauffage choisir ? À chacun sa solution !

Autre point clé du dispositif ? Une température régulée par un thermostat électronique et à très basse températures (pas plus de 21 ou 24°), ce qui, contrairement aux premières installations de chauffage au sol, ne fait pas gonfler les jambes et ne présente aucun danger pour la circulation sanguine. Une bien bonne nouvelle 🙂 !

Les + : c'est LA solution la plus écolo et la plus économique sur le long terme. D’ailleurs, il peut être combiné à une pompe à chaleur ou à des panneaux photovoltaïques pour s’alimenter d’énergie solaire. Sans oublier qu’il est éligible au crédit d’impôt. Ça fait pas mal d’éléments pour la liste des qualités ;).

Les – : le coût de l’installation, plus onéreux que le chauffage élec’, mais aussi un entretien plus conséquent (obligatoire tous les 5 à 10 ans).

Le point sur les avantages et… le reste 😉

Prêt pour une liste bien remplie de qualités sur le plancher chauffant en général ? C’est parti !

Chauffage homogène et confort +++

De par son installation couvrant toute la surface habitable, il chauffe la maison de façon douce, uniforme et homogène, avec une répartition idéale de la chaleur. Pas de différence de température d’une pièce à l’autre, pas de couloir où on perd 5°C d’un coup. Un vrai “plus” niveau confort !

Cape d’invisibilité et gain de place assuré

On ne va pas vous faire un dessin. Non seulement les radiateurs et tuyaux du système de chauffage n’ont rien de très glamour, mais en plus ils sont encombrants. Il faut parfois faire une croix sur l’installation d’un meuble ici ou d’une plante là parce que, devinez quoi ? Le chauffage est déjà là et il ne bouge pas !

À moins que… le chauffage soit désormais caché sous le sol. Un détail qui change tout puisque les pièces sont alors dépourvues visuellement de radiateurs et de chauffage. Vive l’espace qui se libère, vive le gain d’espace !

Enfin un système avec zéro nuisance sonore !

Le silence semblait être un luxe disparu avec les ronronnements de la maison du type… chauffage. Alors, merci au plancher chauffant de se faire oublier grâce à son invisibilité, certes, mais aussi grâce à son absence de bruit. On vous rappelle qu’une épaisse chape de béton et un revêtement de sol le sépare de vous, ce qui fait que d’un point de vue sonore… on n’entend rien, pas un seul bruit de fond. Pas de chaudière qui se met en route, pas d’eau qu’on entend circuler dans les radiateurs. Décidément, le plancher chauffant aime la discrétion :).

Double job “chaud-froid” dans le cas d’un chauffage réversible

C’est le double visage du chauffage hydraulique (uniquement, car la réversibilité ne concerne pas le plancher chauffant élec’). Au programme : la possibilité de bénéficier d’un chauffage par le sol en hiver et d’un climatiseur, toujours par le sol, en été ! Une option 2 en 1 qui nous permet de dédoubler de confort tout au long de l’année. Rien que ça.

Hygiène au top du top

Depuis quand le chauffage apporte-t-il une notion d’hygiène dans la maison ? Eh bien, depuis que la poussière ne s’accumule plus sur les radiateurs, qu’aucun air pulsé ne vient déplacer celle-ci et qu’aucune trace d’humidité ne se fait ressentir du côté des murs sur lesquels sont accolés les systèmes de chauffage classiques !

Économies d’énergie, eh oui !!

15% à 20%*. Ce serait la part d’économies que permettrait de réaliser le plancher chauffant en comparaison d’une solution de chauffage traditionnelle. La cause de cette baisse de conso d’énergie et de cette jolie réduction sur la facture ? Le côté “basse température” mais aussi sa diffusion homogène couvrant toute la surface de la maison, qui permet d’atteindre plus rapidement la température idéale en consommant moins.

Autonomie totale : mention spéciale pour la maison connectée 😉

Le chauffage au sol étant invisible, fini le casse-tête d’avoir à penser à éteindre les radiateurs si on quitte la maison ou si on ouvre la fenêtre. Tout se pilote facilement depuis un thermostat connecté ou mieux, depuis un smartphone ! C’est l’association gagnante du plancher chauffant et de la maison connectée. D’ailleurs, en dissociant les planchers chauffants d’une pièce à l’autre, et en les connectant à un hub de gestion de chauffage intelligent, il possible d’automatiser et de programmer les plages horaires de chauffe, les modes récurrents et les degrés souhaités. Voilà qui est d’autant plus pratique et libérateur !

Tolérance 100% avec tous les systèmes de chauffage

Chaudière à gaz, au fioul, à énergie solaire, à granulés ou pompe à chaleur : l’autre aspect très appréciable de ce type de chauffage est qu’il se plie à toutes les envies et s’adapte à tout ! Votre préférence en matière de système de chauffage sera donc la sienne sans aucun problème ;).

Du confort aussi… pour marcher pieds nus !

Si, si, c’est bien un avantage. Demandez à ceux qui vivent pieds nus à la maison, et vous verrez ;). Pour le “pourquoi du comment”, la chaleur étant diffusée par le sol de façon douce et homogène, il est agréable de marcher pieds nus chez soi, même en hiver. C’est aussi simple que ça !

Mais aussi… quelques inconvénients

Après lui avoir jeté des fleurs, et pas des moindres, il est temps de s’attarder sur les vilains défauts du chauffage au sol. 

Il n’est pas ami-ami avec tous les revêtements de sol

Tous les revêtements de sol ne sont pas adaptés au plancher chauffant, ce qui restreint le choix et les possibilités décoratives pour habiller le plancher. Ainsi, les sols en PVC, la moquette et certains parquets ne sont pas de grands adeptes de ce type de chauffage qui les réchauffent à longueur de journée et finissent par les déformer.

L’idéal : se tourner vers du carrelage (BFF du chauffage au sol) ou de la pierre naturelle et opter pour des colles destinées à un plancher chauffant ! À savoir que certains parquets sont adaptés pour ça. C’est généralement le cas du plancher massif en chêne ou en teck. Mais pour être sûr de ne pas commettre de faux-pas, l’idéal est de vérifier la tolérance à un usage pour parquet chauffant auprès du fabricant ou du revendeur.

Sa performance a des limites sur les petites surfaces…

Il n’est pas très performant dans les petits espaces tels que la salle de bain, où la surface au sol est parfois insuffisante pour chauffer la pièce. Résultat : il est requis de s’entourer d’un sèche-serviettes d’appoint en complément dans cette pièce… Que voulez-vous !

Projet de rénovation (versus construction neuve) : c’est compliqué !

La pose d’un chauffage de sol est davantage conseillée en cas de construction neuve que dans le cadre d’un projet de rénovation. La raison est simple : lorsqu’il s’agit d’ajouter le système dans un sol existant, l’installation d’une trame hydraulique a pour conséquence de surélever le plancher de plusieurs centimètres. Ce qui signifie qu’il faut ensuite raboter les portes, réajuster la hauteur de la cheminée, rehausser les prises élec’, déplacer les équipements fixés au sol… Pas très pratique tout ça !

SOS pannes ou fuites, un problème classé non résolu

Il s’entretient régulièrement, tous les trois ans grand max. Mais le souci n’est pas là. En cas de panne ou de fuite, comment régler la situation alors qu’il s’agit d’une installation enfouie sous une chape de béton ? En s’adonnant à la casse malheureusement ! Une vraie contrainte de réparation qui peut coûter très chère.

Un budget qui ne plaît pas au porte-monnaie 😉

Le facteur prix est généralement l’un des premiers éléments pris en compte pour orienter un achat. Mais ce n’est clairement pas le prix du chauffage au sol qui nous pousse à nous équiper d’un tel système de chauffe ;).

Bien qu’il permette de réaliser des économies d’énergie sur le long terme et d’amortir les coûts de départ, celui-ci représente un investissement de départ plus onéreux que la majorité des autres installations de chauffage.

C’est d’autant plus le cas pour sa version hydraulique, plus coûteuse que le chauffage élec’, avec une moyenne de 90 € par mètre carré contre 40 € pour l’élec’.

Bien que ce tarif comprenne à la fois les équipements, l’installation (avec, entre autres, le coulage de la chape) et l’intervention d’un pro (pour vérifier le bon fonctionnement du dispositif mis en place), si on multiplie le tout par la surface de 90, 100 ou 150 m², on obtient un sacré budget.

Mieux vaut donc être en mesure de casser une tirelire bien remplie pour se mettre au plancher chauffant !

Alors, le plancher chauffant et vous, c’est pour quand ?

Que vous ayez prévu un projet de plancher chauffant dans votre maison en construction, que vous soyez en pleine réflexion sur le dispositif à installer ou que vous l’ayez tout bonnement exclu : vous savez désormais l’essentiel sur le chauffage au sol ! Une installation qui, comme l’univers de la maison connectée, se veut autonome, fonctionnelle, polyvalente, discrète ;).

*source : Ademe

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée