Comment faire baisser sa facture de gaz ?

Comment faire baisser la facture de gaz

Avec les annonces de hausse de prix du gaz, automatiquement on se creuse la tête : Comment faire baisser la facture ? Eh bien, si le chauffage est le poste qui consomme le plus d'énergie à la maison, c'est aussi celui sur lequel vous allez pouvoir réaliser le plus d'économies ! Ou comment voir le verre à moitié plein ;). Pour y parvenir, plusieurs façons de s’y prendre : éco-gestes au quotidien, astuces connectées, remplacement de l’équipement ancien ou amélioration de l’isolation. À vous d’évaluer l’investissement humain ou financier que vous êtes prêt à engager ! En attendant, voici nos réponses à choix multiples à la question “comment faire baisser sa facture de gaz ?”. Bonne pioche ;).

Étape 1 : comprendre et challenger votre facture de gaz naturel (parce que c’est mieux pour pouvoir agir en conséquence 😉) 

Être dans le déni ne mène nulle part ;). C’est pourquoi, quand on veut réduire sa facture de gaz, le point de départ pour y parvenir, c’est de faire le bilan (une autocritique n’a jamais tué personne après tout). Ou la meilleure façon de comprendre comment on consomme exactement, où se situent les éventuelles failles énergivores à corriger et quelles dépenses pourraient être optimisées… En gros : pas d’économies sans avoir compris sa facture ni l’avoir challengée !  

Au programme : 

  • Faites le point sur votre conso de gaz.

Parce que c’est en cernant votre propre conso que vous saurez comment consommer moins et mieux ! Pour y parvenir, l'un des moyens efficaces est de vous équiper d’un thermostat connecté. Vous savez, c'est lui qui vous permet de piloter le chauffage à la maison ;). On en parle ici et , et encore ici. Et pour cause, Monsieur, en plus de vous aider à réguler votre chauffage en quelques clics, travaille en binôme avec une appli mobile (et la Station connectée aussi chez Sowee) qui vous donne accès, directement depuis votre smartphone, à tous les détails de vos dépenses d’énergie. Un Suivi conso détaillé en temps réel, pratique ! À noter que si votre logement est équipé d'un compteur gaz communicant (Gazpar), vous pouvez aussi obtenir un suivi conso en vous créant un compte sur le site de Grdf, le distributeur de gaz en France.

Le but ? Vous permettre de connaître sur le bout des doigts l’impact que votre mode de chauffe a sur votre facture, comment fluctue votre conso d’un mois à un autre et quels sont les postes les plus énergivores dans votre maison : quel appareil électroménager est un glouton de service, combien pèsent les appareils élec’ sur l’addition…etc. À terme, il s’agit pour vous d’avoir toutes les clés en main pour passer à l’action et alléger le budget "énergie" ! 

  • Comparez les offres des fournisseurs de gaz !

En effet, il n’y a qu’en regardant si l’herbe est plus verte ailleurs, qu’il est possible de trouver d’éventuels tarifs plus compétitifs que votre contrat actuel ;). Car vous tourner vers une offre plus avantageuse, ça peut être une piste pour répondre à la question "Comment faire baisser sa facture ?". D’autant qu’aujourd’hui, c’est facile et rapide de changer de fournisseur ! Par exemple, chez Sowee, vous bénéficiez d’un prix HT du gaz fixe pendant 3 ans et de 5% de remise sur un abonnement HT gaz lorsque vous le combinez à un abonnement élec’. Ça mérite d’étudier la question ;). 

Étape 2 : choisir une température réellement adaptée à vos besoins (ç'en est fini de surchauffer à tout va !) 🌡

Personne n’a envie d’avoir froid chez soi en hiver, on est bien d’accord. D’ailleurs, on vous rassure tout de suite, il ne s’agit absolument pas de rogner sur votre confort, mais plutôt de chauffer la maison de façon plus responsable. Parce qu’on a tous déjà laissé les radiateurs allumés alors que l’intérieur était inoccupé ou chauffé plus que nécessaire sans tenir compte des pièces ni du moment de la journée #touscoupables 😉 ! L’objectif va donc être de déterminer le parfait dosage pour être au chaud sans surconsommer inutilement.

Pour atteindre ce Graal, voici plusieurs possibilités cumulables à souhait :

  • Baissez la température de consigne d’un degré.

Ben… parce qu’un degré en moins = 7% d’économies sur la facture. Eh oui, tout ça, on confirme ! L’effet papillon existe bien.

  • Baissez systématiquement le chauffage la nuit !

À vrai dire, quand tout le monde dort, quel intérêt de maintenir une température à 20°C ? Même remarque pour les pièces peu fréquentées (comme la chambre d’amis ou la véranda). Alors, qu’à cela ne tienne, on revoit le chauffage à la baisse de façon intelligente en tenant compte de l’heure et du lieu.

  • Adaptez la température à chaque pièce du logement.

En effet, à partir du moment où chaque pièce a une fonctionnalité et une occupation bien précise et bien différente, pourquoi les chauffer au même niveau ? Quand on passe sa vie dans le salon, ça justifie d’y instaurer un joli 19°C au grand fixe alors que dans la chambre, où on ne fait que dormir (ou presque), un 16°C suffit amplement. Vous voyez l’idée : le tout est d’être cohérent avec l’usage de chaque espace !

  • Allumez le chauffage uniquement quand vous êtes là !

Ça paraît bateau dit comme ça, et pourtant, on a vite fait de commettre quelques étourderies en laissant la maison chauffer à 20°C… dans le vent. Du coup, on redouble de vigilance pour chauffer seulement en cas de présence. Attention toutefois ! On ne dit pas qu’il faut tout éteindre dès que vous partez faire des courses (sinon, le fait de rallumer les feux en rentrant consomme finalement plus d’énergie pour retrouver la température initiale – ce qui est complètement contre-productif). L’idée est plutôt de diminuer la température quand vous quittez les lieux. Si vous êtes équipés d’un thermostat connecté, magie magie (ou presque)… il pourra même remonter le chauffage peu de temps avant votre retour :). 

  • Réduisez les degrés à l’approche des beaux jours.

Là, on vous l'accorde, c'est une évidence, et pourtant… L’hiver dure si longtemps certaines années qu’on pourrait en oublier de freiner la conso de chauffage quand il touche à sa fin. Un peu comme ce temps de décélération quand on vient de rouler plusieurs heures sur l’autoroute à un bon 130 km/h et qu'on va prendre la sortie, eh bien il faut lever le pied au plus vite ;). Plus vite on fait la connexion entre "une température plus clémente dehors = hop, je baisse le chauffage sans tarder", mieux c’est ! (Vous vous souvenez, un peu plus haut, ce qu'on a dit : 1 degré de moins c'est 7% d'économies !).

Étape 3 : programmer le chauffage (ou comment faire baisser sa facture de gaz sans perdre en confort) 💰

Maintenant que vous êtes au point sur les températures, reste à les appliquer. Mais comment quand on n'est pas "outillé" ? Allier température idéale et économies d’énergie, c’est possible. Et c’est même très facile quand on a eu la bonne idée de s’équiper d’un thermostat connecté (encore lui). Que voulez-vous… Programmable à volonté, celui-ci est un allié de choix pour s’octroyer le titre de Chef d’orchestre du chauffage à la maison. Désormais, plus rien ne vous échappe, vous êtes le pilote de chaque degré consommé ! Docile, la chaudière n’a plus qu’à s’exécuter et se plier à votre mode de vie en instaurant la température souhaitée. 

Grâce au thermostat intelligent, vous pouvez donc…

  • Régulez ET programmez la température ambiante par plage horaire de façon hebdomadaire !

Ainsi, libre à vous de personnaliser ces consignes à degrés variables selon les jours de la semaine, les week-end, les périodes d’absence ou de vacances. Vous pouvez ainsi choisir de baisser automatiquement les degrés la nuit et laisser cette charge mentale au thermostat intelligent qui se fera une joie d’opérer cette baisse de régime à votre place. La qualité de votre sommeil et votre budget vous diront merci :). À l’inverse, pour la journée, vous pouvez régler systématiquement la température aux alentours de 19°C dans les pièces à vivre aux heures auxquelles vous êtes habituellement à la maison et à 17°C dans les pièces peu occupées. 

  • Pilotez le chauffage depuis votre mobile 🙂

Tablette ou smartphone, à vous de choisir. Hyper pratique d’avoir son chauffage dans sa poche, non ?

Étape 4 : remplacer la chaudière si elle est âgée (car en matière de perf’, elle ne fait plus le poids, c’est comme ça) 🤷‍♀️ 

Dans le chapitre des questions existentielles du type “Pourquoi je consomme beaucoup de gaz ?”, la réponse se trouve peut-être du côté de la chaudière… En effet, si celle-ci a plus de 15 ans, c’est qu’elle a passé l’âge pour assurer un rendement optimal ! Rien de tel alors que de la troquer contre un modèle plus récent, car, qui dit nouvel équipement dit meilleure performance énergétique ! Certes, ce nouvel achat implique un petit investissement financier. Néanmoins, pour faire des économies d’énergie sur le long terme, ça en vaut la peine. Dites-vous que le coût de départ sera amorti grâce à une conso allégée à l’usage !

Nos conseils pour procéder à ce changement de matériel ? Les voici ;). 

  • Privilégiez une chaudière à condensation si possible.

En effet, ce type d’installation offre un rendement performant et une conso de gaz réduite (jusqu’à 30% de moins par rapport aux chaudières au gaz classiques). On peut remercier son mode de fonctionnement novateur qui utilise la fumée et plus précisément la vapeur d’eau issue de la combustion de gaz pour réchauffer le circuit des radiateurs. Résultat : elle dépense moins d’énergie pour chauffer à température égale, ce qui fait que tout le monde est gagnant ! 

  • Pensez aux aides financières dont vous pouvez bénéficier !

L’investissement de départ sera ainsi moins douloureux :). En effet, désireux d’inciter les particuliers à s’équiper pour aller vers une transition écologique, l’État a mis en place plusieurs aides financières. MaPrimeRénov’, l’éco-prêt à taux 0, Aide Habiter Mieux Sérénité ANAH, le taux de TVA réduit, le chèque énergie… Si certaines sont soumises à des plafonds de revenus, dans la majorité des cas, pour être éligible, il suffit d’effectuer la demande avant d’initier les travaux et faire appel à un pro qualifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Ce serait donc dommage de passer à côté, faute de démarche administrative ! Sans oublier que certaines collectivités locales proposent aussi des subventions. Vous n’avez donc rien à perdre (et plutôt tout à y gagner) à vous renseigner auprès de la collectivité de votre commune, département ou région. Go, go, go !

  • Checkez l’étiquette énergie pour faire le bon choix ;).

Si vous êtes perdu au moment de faire un benchmark des différents modèles de chaudière qui s’offrent à vous, pensez à vous appuyer sur l’étiquette énergie, véritable repère haut en couleurs créé pour vous guider au moment de passer à l’acte d’achat ! D’autant que cette dernière a été simplifiée pour vous vous permettre de repérer, en un coup d’œil, le degré de performance de l’équipement. Après tout, quitte à changer de chaudière, autant optimiser les économies d’énergie pouvant être réalisées avec le nouvel appareil, pas vrai ?  

Étape 5 : optimiser le fonctionnement de la chaudière et des radiateurs (c’est facile en plus) ↗

Si la question qui vous taraude est de vous demander comment diminuer votre facture de chauffage facilement et à moindre coût, ce serait dommage de faire l’impasse sur un entretien régulier ainsi que sur certains trucs et astuces bien pratiques et très faciles à mettre en place ;).

Venez, on va énumérer les principales actions à mener de front pour maximiser le fonctionnement de votre chaudière et de ses radiateurs :

  • Réalisez un entretien annuel de la chaudière par un pro.

On ne le dit pas assez, mais une chaudière bien entretenue est un indispensable pour réaliser des économies d’énergie. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que la loi oblige d’y procéder une fois par an par un pro agréé… Alors, pas question de jouer aux rebelles et faire l’impasse dessus si vous voulez conserver votre équipement le plus longtemps possible et assurer son bon fonctionnement au jour le jour !

  • Dépoussiérez régulièrement les radiateurs !

C’est votre part du gâteau dans la série “entretien”, en parallèle de la maintenance annuelle assurée par un spécialiste ;). En toute logique, un radiateur poussiéreux n’est pas aussi performant que lorsqu’il est clean. Alors, pour améliorer le rendement de ses émetteurs de chaleur, mais aussi allonger sa durée de vie : à vos éponges, lingettes microfibres et compagnie !

  • Veillez à bien dégager l’espace autour des radiateurs.

Gare aux objets qui viendraient les couvrir et aux meubles qui viendraient les approcher de trop près. Si vous avez l’habitude d’y étendre du linge pour un séchage rapide (oups) ou d’y installer un rangement (bibliothèque, étagère ou autre) sans respecter aucune distanciation physique : prière de vous abstenir désormais ! L’idéal est de les libérer de tout obstacle et de toute présence alentour. En voilà un autre bon réflexe qui ne coûte rien et qui fait toute la différence pour permettre à la chaleur de se diffuser efficacement dans la pièce. 

  • Purgez vos radiateurs au début de l’hiver s’il s’agit de modèles hydrauliques.

En effet, ce geste simple permettra de retirer le surplus d’air s’y étant accumulé, de quoi booster le fonctionnement du chauffage pour amorcer la (trop) loooongue période froide ! Les bonnes habitudes, y’a que ça de vrai :).

Étape 6 : améliorer l’isolation de la maison (pour chauffer moins et mieux) 🏠 

Ah la déperdition d’énergie ! Voilà un vaste sujet auquel on a tout intérêt à s’intéresser à petits pas ou avec de gros sabots selon le budget dont on dispose ;). En effet, il faut garder à l’esprit que la chaleur qui s’échappe par le toit, les murs ou le plancher, c’est autant de conso d’énergie gaspillée ! De fait, pour éviter toute perte de chaleur et éviter de payer une conso de gaz dont vous n’allez pas profiter, l’idéal est d’améliorer durablement l’isolation à la maison histoire de baisser significativement la facture de gaz. La bonne nouvelle, c’est que, pour y parvenir, tous les chemins mènent à Rome ! Certains sont moins coûteux, d’autres plus efficaces, mais la démarche initiale reste la même. 

  • Envisagez, si possible, des travaux de rénovation énergétique !

C’est LE moyen le plus efficace d’avoir un grand impact sur la conso de chauffage de votre logement. Bien entendu, engager des travaux représente un budget, mais ce budget est amorti à l’usage grâce à une facture plus light. Ça mérite de se poser deux, trois, quatre fois la question… Pour ce qui est des travaux, privilégiez une entreprise certifiée RGE ! 

  • Faites le plein d’astuces toutes simples et à petits prix qui boostent l’isolation thermique de la maison !

Installez des rideaux épais aux fenêtres pour faire barrage entre l’intérieur et l’extérieur, fermez les volets la nuit en hiver pour conserver la chaleur chez vous, appliquez de nouveaux joints autour des ouvertures si nécessaire, calfeutrez la porte d’entrée de coupe-froid ainsi que les portes attenant à une pièce peu chauffée… L’idée est de piéger la chaleur des radiateurs dans votre home sweet home et éviter toute infiltration d’air froid (et toute évacuation d’air chaud). Attention, on pense quand même à ventiler et aérer la maison 5 à 10 minutes une fois par jour, bien sûr ! 

  • Diminuez le volume à chauffer…

En réduisant la taille de l’appart’ ou de la maison ? Pas sûr que ça plaise à tout le monde ;). Par contre, on peut se contenter de baisser la température des pièces ou des espaces peu utilisés, comme le cellier ou l’entrée ! En vous concentrant sur le chauffage des pièces dans lesquelles il est indispensable d’être au chaud, vous réduisez forcément votre facture d’énergie.  

Et voilà. On espère qu’après cette bonne lecture, vous allez être incollable sur comment consommer moins de gaz ;). 

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée