Radiateur et économies d’énergie : comment faire le bon choix ?

radiateur économie d'énergie

Tous les ans, c’est la même rengaine : le froid arrive, et dans ses bagages, il ramène la mise en route du radiateur et son impact sur la facture d’énergie. Une routine qu’on paie au prix fort… ou pas ! Tout dépend à quel degré on parvient à coupler les mots radiateur et économie d’énergie. Car contrairement aux idées reçues, ils ne sont pas indissociables ! Alors, prêts à faire voler en éclat le cliché du radiateur trop gourmand en énergie ? C'est parti !

Pour commencer, connaissez-vous le radiateur à inertie ?

Parce que radiateur électrique à inertie et économies d’énergie… ça matche !

Aaaah le radiateur élec’, en voilà un qui a longtemps souffert des critiques pour son mauvais rendement énergétique. Bonne nouvelle, après avoir bénéficié de belles améliorations techniques, il est désormais possible de parler de radiateur électrique et d’économie d’énergie dans une même phrase ;). Mais on entend bien que cette déclaration ne va pas suffire à vous convaincre des progrès réalisés en la matière pour conjuguer ces deux termes.

Lire aussi :

Le radiateur électrique version économique, c’est possible !

Précisons déjà que le meilleur visage du radiateur élec’ concerne le radiateur à inertie, qu’il soit à inertie sèche ou fluide ! C’est en effet la version la plus performante existant à l’heure actuelle pour le chauffage élec’, et donc la version la plus économique à l’usage comparé à tous les systèmes de chauffages électriques confondus. Qui dit performance dit capacité à chauffer la maison décemment sans se ruiner, et ce, malgré un coût relativement élevé pour l’électricité ! 

Parce que son fonctionnement déconstruit avec brio le mythe du grille-pain énergivore

Il ne suffit pas de dire que des économies d’énergie sont possibles avec un radiateur à inertie sèche (ou fluide) pour comprendre le lien de cause à effet ! Pour commencer, il faut savoir que l’inertie n’est ni plus ni moins que la capacité d'un matériau à accumuler de la chaleur pour la restituer en douceur durant plusieurs heures.  De ce fait, le radiateur à inertie a sa façon bien à lui de stocker la chaleur et de la diffuser puisqu’il la répand progressivement selon les besoins de la pièce à chauffer en conservant une partie de la chaleur dans son cœur de chauffe. Ou comment réussir à faire dans la longévité !

Lire aussi :

Pour votre radiateur grille-pain, deux options : le remplacer ou… l’optimiser !

D’un point de vue “économies d’énergie” (c’est tout de même le sujet de l’article), cela signifie que cette diffusion continue et sans intermittence de la bonne température puise un besoin d’élec’ beaucoup plus stable et moindre par rapport aux autres systèmes de chauffage élec’. En effet, ces derniers ont tendance à démarrer au quart de tour et à s’arrêter de chauffer tout aussi rapidement, ce qui implique des pics de gloutonnerie en énergie ! Une conséquence comparable à l’impact de l’éco-conduite versus une conduite sportive à bord d’un véhicule sur la conso de carburant. C’est qu’on dépense bien moins d’essence lorsqu’on prend les virages avec douceur, que l’on freine en rétrogradant avec anticipation et que l’on adopte une attitude plus douce, sans à-coups. Eh bien, côté, chauffage, c’est pareil ! 

Sans oublier que les radiateurs à inertie sont également capables de chauffer une pièce même lorsqu’on les éteint, grâce à cet esprit de diffusion de la chaleur qui se perpétue au-delà de l’extinction des feux. Un peu à l’image d’un four qui continue de chauffer même après avoir été mis sur off ! Bref, c’est tout bénéf’. 

Parce qu’il nous réserve d’autres avantages 😉

Facile et rapide à installer… et à entretenir (un dépoussiérage régulier suffit), le radiateur à inertie présente d’autres avantages, comme celle de faire preuve de douceur et d’homogénéité… pour notre propre bien-être à nous ! Bye-bye la chaleur instantanée qui assèche l’air et déplace la poussière. Le confort d’abord ! On remercie aussi son rayonnement à infrarouge qui chauffe les corps et objets présents à l’intérieur et non juste l’air ambiant. Preuve que de bout en bout, ce choix a vraiment tout bon ;).

Si on est équipé de radiateurs gourmands et grisonnants, on change de modèle !

Pas question de rester coincé dans les années 90 côté chauffage… 

Maintenant que l’on a expliqué pourquoi le radiateur à inertie est un choix avisé pour réaliser des économies d’énergie, il n’y a plus qu’à changer de système de chauffage ! Et pour cause, si on est resté scotché à la team des grille-pain (convecteur et panneaux rayonnants, bien plus énergivores), il va falloir repenser sa stratégie de conso.

Au programme : un petit changement s’impose pour adopter un choix de radiateur plus en phase avec votre quête d’économie d’énergie. Attention alors aux fausses bonnes idées des appareils économiques à l’achat, mais qui n’apportent ni le confort nécessaire ni un allègement sur la facture à la fin du mois. Mieux vaut parier sur une performance testée et approuvée quitte à dépenser un peu plus lors de l’investissement de départ pour ne pas s’en mordre les doigts ensuite ! Vous ne regretterez pas d’écouter cette voix de la sagesse ;).

La bonne idée : parier sur un modèle éligible à une Prime Énergie Chauffage (tant qu’à faire) 

Le saviez-vous ? Certains radiateurs à inertie bénéficient d’une prime en raison de leur performance +++ et des économies d’énergie générées. En principe, en optant pour des labels reconnus (CE, NF ou NF électricité performance) pour le nouveau raccordement au réseau élec’ de votre maison, ce devrait déjà être un bon point de départ. Mais pensez à vous renseigner en amont de l’achat pour confirmer que le modèle en vue vous rend bien éligible !

Le gros "plus" : adopter un thermostat connecté 🙂

Eh oui, une régulation performante des radiateurs, ça change TOUT !

Coupler les radiateurs à un système de programmation et de régulation est l'idée du siècle pour leur permettre de redoubler en performance. En effet, grâce à la précision d'un thermostat connecté et intelligent (à l'image de la Station connectée Sowee), faire des économies devient un défi à relever aisément en quelques clics.

Lire aussi :

Comment programmer son chauffage électrique ?

On s'explique : les dispositifs dits "connectés" permettent d'avoir la main sur le chauffage via une appli mobile. Si bien qu'il est possible de piloter les radiateurs branchés au système domotique directement depuis une tablette ou un smartphone pour régler la température de chacun d’eux de façon indépendante et autonome selon les besoins et les usages de chaque pièce. Ou la meilleure façon d’éviter le gaspillage avec ce pilotage du chauffage personnalisé au degré près ! 

Des fonctionnalités intelligentes en bonus, on like 

Détecteur de fenêtre ouverte permettant d’éteindre le chauffage automatiquement pour éviter tout gaspillage, programmation à distance depuis son smartphone grâce à une appli dédiée, mode absence activable également à distance pour se passer de toute conso inutile… En voilà un joli paquet de fonctionnalités bien pratiques à l’heure de gérer son chauffage. Il faut dire qu’en étant épaulé par un système intelligent et connecté, il est plus facile de régler, piloter et optimiser la conso d’énergie de ses radiateurs. Objectif : réaliser d’importantes économies d’énergie sur le long terme. Yes we can !

Mode d’emploi pour obtenir un pilotage efficace du chauffage

Alors certes, un thermostat connecté est un vrai plus pour piloter le chauffage à la lettre. Mais encore faut-il investir un peu de temps au départ pour créer les scénarios appropriés à notre quotidien et ajuster la programmation des radiateurs selon l’emploi du temps du foyer ! En effet, ce n’est qu’en ajustant au mieux le chauffage aux besoins et à son usage réel que l’on peut maîtriser son budget énergie et le revoir à la baisse. 

Par exemple, si on imagine une semaine lambda où on se lève tous les matins entre 7h et 8h et que l’on décolle de la maison à 9h pour ne rentrer qu’à 19h, alors, l’idée est bien d’ajuster les degrés Celsius souhaités pour chaque pièce de la maison selon ces différents créneaux.

Soit (c’est une supposition, mais ça permet de vous donner une idée) : 19°C dans la chambre 10 minutes avant le réveil, puis 23°C dans la salle de bain avant de faire baisser à nouveau le chauffage, puis 19°C dans la cuisine, et réduction du chauffage de façon unanime dès que toute la maisonnée a quitté l’habitation. Vous voyez l’idée ? C’est un peu comme devenir un chef d’orchestre pour coordonner au mieux son chauffage en semaine et aussi pendant le week-end afin de réguler la température selon l’occupation et l’inoccupation des lieux. Vive la domotique ! 

Autre bonne conduite à copier-coller : adapter la température de chaque pièce

Parce que les besoins de chauffage ne sont pas les mêmes d’une pièce à une autre !

Eh oui, les exigences en matière de chauffe ne sont pas les mêmes quand il s’agit de chauffer une toute petite chambre lovée sous les combles qu’un grand salon ouvert sur la cuisine avec une belle hauteur sous plafond ! C’est précisément pour cette raison que les radiateurs élec’ se déclinent en plusieurs puissances correspondant aux besoins et au volume de l’espace à chauffer. Mais alors, quelle puissance de chauffage choisir par m2 ? Eh bien… tout dépend de la taille de la pièce concernée ainsi que de son volume (directement lié à sa hauteur sous plafond), sans oublier son usage (avec plus ou moins de fréquentation quotidienne) !

Lire aussi :

Thermostat : LA solution pour garantir la température idéale à la maison !

Ainsi, mieux vaut équiper en priorité les pièces à vivre de radiateurs à inertie, car c’est là qu’on y passe le plus de temps (et que l’on consomme, par déduction, le plus d’élec’). À l’inverse, les espaces moins fréquentés comme la chambre à coucher ou le couloir, pourront voir leur radiateur monter en gamme dans un second temps ;).

Zoom sur le radiateur côté salle de bain

Le radiateur de la salle de bain est un cas particulier qui mérite d’être traité à part ;). En effet, la pièce à eau a ses besoins spécifiques bien à elle pour nous accueillir au chaud de bon matin et avant l’heure du coucher. L’idée est donc de trouver une alternative qui permette de la chauffer vite tout en gardant à l’esprit l’objectif de consommer raisonnablement de l’électricité.

C’est là que le sèche-serviette à inertie fait son entrée. On l’aime équipé d’un thermostat programmable, histoire de pouvoir le caler à notre emploi du temps matinal ou nocturne, mais aussi de pouvoir déterminer le niveau de température souhaité pour que l’heure du bain ou de la douche soit plus doux. La torture de se mettre sous l’eau dans un froid hivernal… non merci ! 

Zoom sur le radiateur des pièces peu occupées 

Il y a les pièces de vie, les pièces fréquentées de façon plus ponctuelle et celles que l’on n’occupe qu’occasionnellement : une chambre d’ami ou la véranda par exemple ! Pour ces dernières, le chauffage n’intervient que de façon tout aussi occasionnelle. D’où l’intérêt de privilégier un radiateur d’appoint, qu’on n’installe et qu’on n’allume qu’en cas de besoin.

Mais plutôt que de se tourner vers un vieux modèle archi gourmand en élec’, l’idéal reste de privilégier un radiateur mobile pro économies d’énergie, comme un modèle à inertie sur roulettes (car plus facile à déplacer). Vous bénéficierez ainsi à la fois du côté nomade, pratique et économique à l’usage ! 

Et pour finir, on multiplie les bonnes gestes pro économies d’énergie !

En choisissant des emplacements malins pour le radiateur

Certains détails sur le papier font toute la différence dans la réalité ! C’est le cas de l’emplacement pour Monsieur le radiateur. Un choix stratégique qui n’a pas à être laissé au hasard car votre conso d’énergie est en jeu. La règle n°1 à respecter ? Disposer les radiateurs dans un endroit où ils peuvent diffuser leur chaleur sans obstacle. Il s’agit donc d’éviter de les entourer de mobilier : veillez à libérer l’espace !

Autre bonne pratique à retenir : les positionner à une distance de 10 ou 15 cm du sol de façon à permettre une répartition homogène de la chaleur dans la pièce. Enfin, on privilégie un emplacement susceptible de subir des variations de températures, comme un mur donnant sur l’extérieur ou à proximité d’une fenêtre. Voilà, voilà.

En veillant à chaque degré, car un degré, c’est précieux

Ça va de soi, mais ça ne fait pas de mal de le rappeler : pour allier radiateur et économie d’énergie, rien de tel que d’être raisonnable en optant pour un juste milieu entre confort et besoins réels. Il est donc question d’écouter à la fois son cœur (ou plutôt son bien-être corporel), mais aussi sa raison ;).

Ainsi, si on a froid, on commence déjà par enfiler un pull plutôt que de monter systématiquement le chauffage au-delà des 20°C. Gardez à l’esprit qu’1°C de plus permet de réduire la conso de chauffage d’environ 7% ! Preuve que ça vaut vraiment le coup de faire un petit effort. Dans la même logique, pensez à baisser le chauffage quand l’ensoleillement naturel participe à faire monter la température !

En maximisant l’isolation, étape incontournable ! 

Se demander quel est le chauffage électrique le plus économique n’est pas le seul moyen de réaliser des économies d’énergie. Car les radiateurs choisis ont beau être performants, si l’habitat est exposé à des pertes de chaleur importantes, la facture sera tout de même salée ! On n’hésite donc pas à faire la guerre aux déperditions d’énergie en misant à fond sur l’isolation. Ça va aussi bien des travaux d’isolation thermique ou de pose de fenêtres double vitrage qu’aux bons réflexes pour calfeutrer le logement (chien de porte, rideaux épais, joints autour des ouvertures…). Le but : emprisonner la chaleur des radiateurs à l’intérieur et éviter qu’elle ne fasse le mur ! 

Bref, il n’y a plus qu’à combiner radiateur électrique et économie d’énergie : vous connaissez désormais le chemin ;).

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée