Limiter la consommation du lave-vaisselle en 5 étapes !

consommation lave-vaisselle

Parmi les Frenchies équipés de machines lavantes, 6 sur 10 ont un complice nommé « lave-vaisselle » à qui déléguer la plonge. Mais si cette amitié est fort utile et confortable au quotidien, la facture d’énergie, elle, apprécie moins ! Notre conseil ? Prendre conscience du niveau de conso en eau et en élec’ de cet appareil électroménager pour ensuite bien choisir le compagnon idéal (plutôt un fin gourmet qu’un gros goinfre quoi). Et aussi : associer son utilisation à de bonnes pratiques. Bref, voici les 5 étapes clés pour faire chuter la consommation du lave-vaisselle !

Étape 1 : Comprendre que le lave-vaisselle est un gros mangeur (en énergie et en eau !) 💦

Il vit d’élec’ et d’eau fraîche chaude 

On aurait préféré écrire “d’amour et d’eau fraîche”, mais ce serait une vision bien édulcorée de la réalité. Eh oui, car il a beau être toujours prêt à vous rendre service, le lave-vaisselle n’a pas tout bon partout dans l’histoire des dépenses à la maison. Pour fonctionner, monsieur doit rassasier sa (grande) soif en eau mais aussi en électricité, et ce besoin vital n’est pas sans conséquence pour la facture d’énergie. Sachant que les deux grands perdants de ce constat c’est vous… et la planète. Pas cool tout ça.  

Le lave-vaisselle adooore l’élec’ (mais notre facture beaucoup moins)

Et si on mettait les pieds dans le plat en parlant tout de suite de la consommation annuelle du lave-vaisselle ? Alors, celle-ci se situe en moyenne aux alentours de 192 kWh/an (pour un appareil de 12 couverts)*. Conséquence : oui, le lave-vaisselle fait partie des appareils électroménagers les plus gourmands en énergie à la maison. En revanche, non, ce n’est pas le plus glouton.

Pour vous donner un ordre d’idée, il arrive en 5ème position du palmarès des vilains appareils énergivores, derrière :

Il faut dire qu’il bénéficie de quelques atouts face aux équipements tels que le frigo ou le congélo, comme le fait de ne pas être sollicité 24h/24, 7 jours sur 7. En effet, son rythme à lui se comptabilise davantage en cycles – 166 en moyenne par an (et non pas en une conso continue). Côté coût à l’usage, on se situe, d’après l’Ademe, à 28€ par an en moyenne.
Ceci dit, si on fait un focus sur la conso des meilleurs appareils neufs (parce que le but est quand même de tendre vers un lave-vaisselle basse consommation électrique), la conso chute à 100 kWh/an, soit 11€ d’économies*. Ça, c’est pour la conso d’énergie. Reste à voir ce qu’il en est pour l’eau, car il semblerait que monsieur ait une bonne descente…

Le lave-vaisselle est un assoiffé de la vie ! 🥤

Le saviez-vous ? Sur les 148 litres d’eau que nous consommons par jour et par personne, 22% sont dédiés au lavage du linge et de la vaisselle**. C’est beaucoup ! D’autant que ce chiffre se classe en 2ème position derrière les 39% d’eau utilisée pour l’hygiène corporelle (les bains et les douches quoi !). Pour les curieux, sachez que les autres postes de consos en eau sont, dans l’ordre décroissant : la chasse d’eau des WC (22%), la cuisine (6%), le lavage de la voiture et l’arrosage du jardin (6%) et enfin l’eau que l’on boit (1%).

Pour en revenir au lave-vaisselle, il convient de préciser que notre cher ami consomme, certes, de l’eau, mais que pour son bon fonctionnement, cette eau est chauffée ! Le problème, c’est qu’élever l’eau à une température comprise entre 45 et 70°C pour laver correctement les assiettes, couverts, verres, poêles etc., revient tout bonnement à LA partie la plus gourmande en énergie. Et voilà.

Étape 2 : Préférer le lave-vaisselle au lavage à la main (et arrêter de prélaver une bonne fois pour toute !)

« Lave-vaisselle » vs « vaisselle lavée à la mano » : 1-0 ⚽

Si le refus d’avoir un lave-vaisselle est motivé, non pas par un manque de place ou de moyens, mais par une intention d’éco-geste, désolé de vous annoncer que vous faites fausse route. En effet, la légende urbaine voudrait que l’effort de frotter les assiettes à la main soit récompensé par un bilan carbone allégé, sauf qu’en réalité, c’est la meilleure manière de consommer plus d’eau et plus d’énergie.
Et ce, même si vous appréciez nettoyer vos plats à la main en méditant et en chantant ! Eh oui, malgré toutes les idées reçues, la décision la plus sage est en réalité de déléguer la tâche à un lave-vaisselle avec une belle performance énergétique. Gain de temps, gain d’eau et gain d’élec’ assuré ! Ou comment réduire sans effort la consommation électrique du lave-vaisselle !

Faire la guerre au rinçage dans l’évier ! 

L’utilisation systématique du lave-vaisselle ne suffit pas à cocher toutes les cases pour optimiser au mieux les économies d’énergie – et surtout, les économies d’eau. En effet, parmi les réflexes énergivores hautement répandus, il y a le rinçage ou prélavage à l’évier. Vous savez, ce moment où on passe chaque assiette une à une sous l’eau avant de les disposer soigneusement dans le lave-vaisselle.
Eh bien, même si cette étape intermédiaire part d’une bonne intention, c’est tout de même la meilleure façon de faire doublon, et pire, d’être totalement contre-productif puisqu’on dilapide TOUS les atouts apportés par notre équipement star.

  • 1. On perd du temps à la tâche 
  • 2. On gâche de l’eau et de l’électricité.

Et pour cause, cette étape supplémentaire s’ajoute à la consommation du cycle prévu pour le lave-vaisselle. D’ailleurs, cette notion de gaspi vaut tout aussi bien pour certains ustensiles ou équipement (comme les poêles) qu’on exclut volontairement du lave-vaisselle pour les laver à la main !
Alors, qu’à cela ne tienne, il est temps de se faire violence afin d’éviter une bonne fois pour toute le rinçage dans l’évier, quitte à râcler davantage les assiettes en amont au-dessus de la poubelle ;).

Étape 3 : Choisir un lave-vaisselle avec une bonne perf’ en matière de consommation énergie

Car sa conso dépend (en partie) du modèle choisi !

Faire chuter la consommation d’énergie du lave-vaisselle, ok. Reste à choisir LE bon modèle qui pourra le plus nous aider dans cette quête, sans se tromper de critères de sélection. Car un bon lave-vaisselle n’est pas forcément le plus cher ou celui qui a le plus de programmes.
Non, l’élément number one à prendre en considération pour être équipé d’un véritable allié pro économies d’énergie, c’est d’opter pour un équipement performant et économe. C’est-à-dire un lave-vaisselle basse consommation qui maîtrise au mieux sa soif et sa faim ;).

Lire aussi :

Consommation d’électricité en kWh par jour : les repères !

Dites-vous qu’une fois acheté, cet appareil devrait vous accompagner pendant 10 bonnes années, alors, autant faire le bon choix dès le départ ! Bien. Du coup, on commence par où pour identifier les lave-vaisselles les plus à mêmes de consommer peu ? La réponse est simple : personne n’est de meilleur conseil que l’étiquette énergie. C’est donc elle qu’il faut consulter sans attendre pour repérer votre future acquisition ;). Y’a plus qu’à faire connaissance. Vous venez ? 

Le point sur la nouvelle étiquette énergie, LE guide à suivre 🧐

20 ans. Eh oui ça fait déjà 20 ans que l’étiquette énergie a débarqué dans nos vies. Objectif : guider les consommateurs vers des achats d’appareils économes en énergie et encourager les fabricants à développer des équipements chaque fois plus efficaces. À savoir qu’en mars 2021, cet indicateur a fait peau neuve ! S’il a conservé les anciennes couleurs allant du vert au rouge, ainsi que l’échelle d’efficacité énergétique de A à G, en revanche, ç’en est fini des sous-catégories A+, A++ et A+++ qui avaient perdu en transparence !

En effet, face à l’arrivée d’appareils chaque fois plus performants, cette cotation n’était plus très homogène et ne reflétait plus correctement la réalité. Autre changement notable ? Le calcul de la consommation d’élec’ pour 100 cycles de lavage au lieu d’une estimation sur un an. De quoi y voir un peu plus clair selon les habitudes de conso de chacun.

Maintenant qu’on a dit ça, l’idée est clairement de favoriser les appareils les mieux classés (A étant la meilleure note) quitte à payer plus à l’achat. À l’usage, vous serez gagnant ! C’est simple, les modèles les plus économiques sur le papier reviennent généralement beaucoup plus chers sur le long terme, puisque le véritable coût d’un lave-vaisselle est celui de l’impact sur la facture énergie. Comme quoi ça mérite réflexion…

Pour aller plus loin…

Une hésitation sur le bon choix de votre futur lave-vaisselle à faible consommation électrique ? Sachez que l’autre nouveauté concernant la nouvelle étiquette énergie n’est autre que l’ajout d’un QR code donnant accès à des informations complémentaires sur chaque produit. Ça peut être utile pour passer les candidats au crible ! Et pour vous donner un coup de pouce afin d’identifier la crème des appareils les plus performants et économes.

Étape 4 : Choisir le bon programme et la bonne heure ! 🕢

Faire du mode éco son programme favori

Même si les lave-vaisselles ne disposent pas tous des mêmes programmes de lavage (type de cycle – température, durée…), tous (ou presque) disposent d’un programme ÉCO. Ça tombe bien puisque celui-ci est le plus économe en eau et en électricité. En effet, il choisit de nettoyer la vaisselle à faible température, ce pourquoi, son cycle est plus long. Il faut bien pouvoir conserver une qualité de lavage satisfaisante malgré une température réduite !

Aucune raison donc de favoriser les programmes standards à son instar. Sauf si votre vaisselle est particulièrement sale et que, par expérience, vous savez que le cycle “ÉCO” sera insuffisant pour aboutir sur un nettoyage parfait. Dans ce genre de cas (et seulement ceux-là hein), c’est ok pour adapter le choix du programme au degré de saleté des plats. En effet, ça évitera de devoir lancer l’appareil deux fois ou de procéder à un lavage à la main après un premier cycle insuffisant !

Départ différé pour profiter des heures creuses ⏰

Avis aux titulaires d’un contrat élec’ choisi avec l’option heures creuses / heures pleines. Eh bien, il n’y a pas que le lave-linge ou le sèche-linge qui peuvent vous aider à bénéficier d’un coût élec’ allégé pour les heures dites “creuses” ! Faire tourner le lave-vaisselle durant les tranches horaires correspondant aux heures creuses indiquées sur votre contrat (généralement la nuit entre 22h et 6h ou parfois l’après-midi), vous permettra de facto, de réaliser d’importantes économies d’énergie.

Lire aussi :

Le guide des éco-gestes à adopter à la maison et (aussi) au bureau

À savoir que le paramétrage du fameux “départ différé” peut aider pour programmer le lancement du lave-vaisselle dans 3 heures, 6 heures ou autres. Bien entendu, l’idée n’est pas de réveiller tout l’immeuble à cause de votre machine en marche à 3h du matin ! Pas question en effet de perturber le sommeil de vos voisins – ni celui de votre famille, pour 3 casseroles et 10 couverts. D’où l’intérêt de privilégier un lave-vaisselle peu bruyant ;).

On en revient à l’étiquette énergie qui, en plus de donner des infos (non négligeables) sur la conso en eau et en électricité, fournit également des indications clés quant au niveau sonore de l’appareil. Quand on sait que le lave-vaisselle est l’appareil électroménager le moins bruyant, ça mérite de partir à la recherche d’un roi du silence en chef.

Ce genre de modèles coûte plus cher à l’achat, mais quand même… quel avantage que d’avoir un lave-vaisselle archi discret ! D’autant qu’au-delà de la phase sommeil, ce choix vous permet aussi de le lancer après le dîner sans que votre soirée lecture ou que votre Netflix party ne soit perturbée par un vilain ronronnement… 

Étape 5 : Optimiser les cycles du lave-vaisselle en optimisant le contenu

Attention, ça tourne (uniquement quand l’intérieur est plein !)

De même que pour le linge, on veille à ne mettre en route le lave-vaisselle que lorsqu’il est plein ! C’est la règle d’or à ne pas transgresser. Du coup, lancer l’appareil uniquement pour les beaux yeux de quelques assiettes et de quelques couverts, on oublie.

Pour le bien-être de la consommation du lave-vaisselle en électricité et en eau, autant patienter un ou deux repas supplémentaires, de façon à avoir vraiment de la matière ;). Alors, si jusqu’ici, vous aviez pris la (vilaine) habitude de multiplier les petits lavages, il est temps de se ressaisir. Pour vous motiver à changer, gardez à l’esprit que finalement, celui ou celle qui paie la facture énergie, c’est vous ! 

L’organisation, c’est (toujours) la clé 👍

Pour éviter de lancer des cycles avec un lave-vaisselle à moitié plein, le meilleur réflexe à avoir est de bien ranger son contenu. On pense donc à optimiser l’espace dédié aux couverts, aux tiroirs ou aux casiers qui y figurent. On évite le système d’une assiette sur deux ou d’une énorme casserole qui occupe la moitié de la place.

Et si vraiment on a un besoin urgent de vaisselle (parce que tout le monde n’a pas de quoi stocker des lots de bol, de plats etc. en double comme dans les grandes maisons de campagne), pensez à utiliser un mode de lavage rapide, à basse température, express ou demi-charge ! 

Et voilà. A priori, vous ne devriez plus voir le lave-vaisselle comme avant ! Ou plutôt : vous ne devriez plus le lancer négligemment, comme avant. Et la bonne nouvelle, c’est qu’en réalité, appliquer ces 5 étapes pour améliorer la consommation moyenne de votre lave-vaisselle n’est pas bien loin d’un jeu d’enfant ;).

*Source : Ademe, Agir pour la transition

**Source : Ademe, Economiser l’eau à la maison