Allier chaudière et économie d’énergie : les 3 règles d’or

chaudière économie d'énergie

Pour réaliser des économies d’énergie, s’entourer d’une chaudière rentable et performante à l’usage est une étape tout simplement… incontournable.

Après tout, c’est elle qui est au cœur du système de chauffage, lui-même au cœur des principales dépenses d’énergie dans la maison (66% en tout d’après l’ADEME).

Alors, pas question de partir à l’aveugle au moment de l’achat, ni de conserver trop longtemps une chaudière énergivore. Pas question non plus de se passer d’un entretien régulier ou d’un système de régulation connecté si on tient à optimiser ses dépenses !

En résumé, voici les 3 règles d'or à retenir pour combiner chaudière et économie d’énergie 😊. 

Règle n°1 : Ne pas se focaliser juste sur le prix d'achat pour choisir une chaudière 

Quelles sont les chaudières les plus économiques ? Ou plutôt quelles sont les chaudières les plus à même de vous aider à réaliser des économies d’énergie ? Car, disons-le tout de suite, les modèles à prix avantageux à l’achat ne sont clairement pas les plus profitables pour la conso d’énergie sur le long terme.

Mieux vaut donc se méfier du coût d’acquisition et se focaliser sur les modèles rentables au long cours et qui consomment peu. En effet, leur surcoût de départ sera vite amorti grâce aux économies d’énergie engendrées.

Reste à savoir quelle chaudière choisir en 2021 ! Voici notre best-of pour vous aider à réaliser un choix éclairé en la matière 😉 

La chaudière à condensation, cet équipement qui joue dans la cour des grands

Si on commence par elle, ce n’est pas un hasard ! Et pour cause, on peut affirmer que la chaudière à condensation s’y connaît en économies d’énergie. Grâce à un rendement performant et une conso de gaz réduite (jusqu’à 30% de moins par rapport aux chaudières au gaz classiques), elle se la joue à la fois économique, confortable, pratique et écologique.

Cette force, elle la puise dans son mode de fonctionnement. Car si, à l’image de toute chaudière lambda, il s’agit de brûler du gaz naturel pour produire de la chaleur, là où elle se différencie et crée la nouveauté, c’est dans sa faculté à utiliser les fumées issues de la combustion (et notamment la vapeur d’eau y étant présente) plutôt que de les rejeter. En effet, cette vapeur d’eau est un vrai coup de pouce pour la chaudière puisqu’elle lui permet de récupérer un maximum de chaleur. De quoi réchauffer l’eau du circuit des radiateurs sans avoir à fournir de grands efforts. Ou comment dépenser moins d’énergie pour assurer la bonne température dans la maison. C’est ce que l’on appelle la récupération de chaleur mise à profit d’une chaudière à gaz haut rendement !

Alors certes, le coût à l’achat picote un peu par rapport aux chaudières dites “classiques” puisqu’on se positionne davantage sur un budget moyen de 3000 à 6000 € sans compter sur le coût d’installation. Ça mérite réflexion !

Néanmoins, pensez au rapport prix / économies, à son effet bienveillant pour la planète ainsi qu’aux aides financières disponibles pour adopter cette pépite (Prime énergie, crédit d’impôt, TVA réduite, éco PTZ, subventions de l’Anah…), lesquelles peuvent prendre jusqu’à 80% de son coût d’achat.

La chaudière au bois, économique à l’usage et écologique tout court !

Après la condensation, place à la combustion ! Soit une autre option abonnée aux économies d’énergie : la chaudière au bois :).

Pas si étonnant quand on sait que le bois est l’énergie la moins chère sur le marché devant le gaz naturel.

Moins chère… et plus écologique ! Après tout, ses combustibles (granulés, pellets, bois déchiqueté) sont non seulement très bon marché, mais en plus, ils sont issus de ressources naturelles. Un plus qui en amène un autre : celui de pouvoir bénéficier d’aides avantageuses (comme le Crédit d’impôt pour la transition énergétique, l’Anah ou encore la Prime énergie), l’idée étant d’encourager cette option de haute technologie particulièrement rentable à l’emploi et qui s’inscrit dans une démarche de développement durable.

Alors oui, à l’achat, on se situe ici dans la tranche haute des prix pour une chaudière (entre 3000 et 8000 € environ). Le choix reste néanmoins très large puisqu’il varie selon la taille de l’équipement, le combustible et le type de fonctionnement (automatique ou manuel) élu. 

Règle n°2 : remplacer l’équipement au bon moment 📅

Maintenant que l’on a passé en revue les chaudières qui facilitent l’arrivée des économies d’énergie, voyons dans quelles circonstances on est amené à acheter un équipement neuf, moderne et performant.

Chaudière d’un âge trop mûr, travaux de rénovation énergétique en vue ou construction d’un logement neuf : oui, les possibilités sont multiples, le tout étant de ne pas louper le coche !

Changer de chaudière lorsqu’elle a passé l’âge de s’occuper des économies d’énergie

Rien n’est éternel, tout est éphémère. Et ça vaut aussi pour nos amies les chaudières ! Saviez-vous que leur durée de vie va de 10 à 20 ans selon le modèle concerné, sa qualité, son utilisation plus ou moins importante et surtout son entretien ? C’est donc sans surprise qu’une chaudière de 15 balais qui tombe régulièrement en panne est le signal qu’il est temps de la troquer contre une jeunette. Sorry, mais on a beau poursuivre une maintenance opérationnelle et régulière, il n’y a pas de remède miracle contre l’âge avancé et l’usure ! Pour booster ses chances en matière de performance énergétique, mieux vaut donc procéder à un petit changement de chaudière au gaz ou autre pour faire des économies d’énergie ;).

Si ça vous fait mal au cœur de vous séparer de votre bonne vieille chaudière, voici un argument qui devrait vous alléger le cœur : la prime à la casse (ou prime à la conversion chaudières) ! Oui, oui, il s’agit bien d’une aide financée par l’État pour tout changement de chaudière vieillissante et peu efficace (au fioul, au charbon ou au gaz) par une chaudière à très haute performance énergétique. De quoi rendre l’investissement de départ du nouveau matos plus accessible pour générer, à terme, des économies de conso d’énergie. Le but : encourager les systèmes de chauffe moins polluants, plus performants et plus responsables. Avouez, cette mesure persuasive qui se chiffre en euros ne laisse pas indifférent ! Il n’y a plus qu’à estimer le montant de votre prime en vous appuyant sur le simulateur proposé par le Ministère de la Transition Écologique, ici ;).

Changer de chaudière en cas de travaux d’amélioration énergétique

Autre raison de remercier votre chaudière et lui dire hasta la vista ? Prévoir des travaux de rénovation d’amélioration énergétique chez vous ! Car si ces derniers ciblent avant tout l’isolation thermique, ils lancent un vrai point d’interrogation quant à la performance du chauffage central, également responsable d’éventuelles déperditions d’énergie. Il faut dire que pour une puissance de chauffage équivalente, bénéficier de plus de confort, d’économies d’énergie et d’un plus grand respect de l’environnement, c’est tentant. 

Nul doute qu’en privilégiant une chaudière basse conso versus une chaudière au fioul, les économies d’énergie sont à vous ! Si vous hésitez, l’idéal est de réaliser un diagnostic énergétique. Ainsi, un professionnel pourra vous donner le bilan de votre chaudière actuelle et vous aiguiller vers le modèle le plus adapté à vos besoins, à votre budget et à la configuration des lieux. 

Choisir une chaudière performante en cas de construction d’un logement neuf

Quand on fait construire une maison, c’est simple, il n’y a pas la contrainte de raisonner en termes d’avant-après pour élire une chaudière. Dans tous les cas, il vous faut une chaudière ! Alors, autant faire le meilleur choix (à savoir le plus performant) dès le départ pour optimiser l’impact de vos futures consos d’énergie sur la facture. 

Règle n°3 : optimiser les économies d’énergie et la performance de la chaudière ! 🙌

On en vient à la troisième et dernière règle d’or pour que la chaudière ait un impact le moins douloureux possible sur la facture d’énergie. Au menu : un entretien régulier pour conserver la bonne santé de l’équipement, ainsi qu’un système de chauffage connecté pour s’approcher au plus près de la conso réelle et dire adieu à l’énergie gâchée, faute d’être réellement utilisée. Venez, on va tout vous expliquer.

Oui à un entretien régulier : pas de maintenance = pas de performance ! 

Au-delà d’avoir à trancher entre une chaudière au bois ou une chaudière à condensation pour faire des économies d’énergie à tout prix, l’autre façon d’optimiser la bonne santé (et donc l’efficacité) de votre chaudière, c’est de vous abonner à un entretien régulier ! Ce n’est pas un hasard si cette étape de révision est obligatoire une fois par an.

Lire aussi :

Révision chaudière : Qui ? Quand ? Comment ? Suivez le guide !

En effet, de la même façon que la révision d’une voiture est indispensable pour optimiser le fonctionnement, la longévité et la sécurité du véhicule, la maintenance annuelle de la chaudière est une étape clé pour garantir une activité de chauffe optimale. Le but : limiter les pertes d’énergie et optimiser la conso énergétique, tout en multipliant la durée de vie de l’appareil. Passer son tour revient donc à se pénaliser soi-même… Ce serait dommage quand même ;).

Vive les systèmes de régulation et de programmation (aka LE chauffage connecté) 🙂

Le chauffage connecté, ça vous parle ? Vous savez, cette avancée technologique qui permet de piloter la température intérieure de la maison selon vos besoins en temps réel pour éviter de gaspiller de l’énergie !

Eh bien, autant dire qu’il s’agit là d’une façon efficace de faire rimer chaudière au gaz (et chaudière tout court) avec des économies d’énergie. De fait, en ayant la maîtrise et l’emprise totale sur vos radiateurs (ajustés à votre emploi du temps avec une grande précision), vous redoublez de vigilance sur vos dépenses !

Lire aussi :

Thermostat connecté & chaudière : le couple idéal pour économiser ?

Mais alors, quelles sont les fonctions phares ce dispositif conecté (et intelligent dans le cas de la Station connectée Sowee) qui vous aide à engendrer des économies sur la facture d’énergie ? Si on devait lister l’essentiel : la possibilité d’allumer ou d’éteindre la chaudière à distance, mais aussi celle de régler la température souhaitée de façon exacte, de suivre la conso en temps réel et au jour le jour et de recevoir des alertes en cas de surconsommation jugée anormale. Le tout via une appli mobile gratuite fournie lors de l’achat de l’équipement domotique, ce qui permet de piloter le chauffage depuis son smartphone. Bref, le pilotage intelligent est un véritable allié des économies d’énergie pour Miss chaudière, alors, qu’est-ce qu’on attend pour s’y mettre ?

Voilà, on espère qu'avec tout ça on vous aura aidé dans votre réflexion pour savoir quel est le mode de chauffage le plus économique ? 

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée