Économie d’électricité : le top 20 des bons réflexes

économie électricité

J’peux pas, j’ai économie d’électricité ! Eh oui, en plus de la crise qui secoue le marché de l’énergie depuis des mois, les appareils élec’ se multiplient comme des petits pains et… la facture d’énergie, elle, « grossit ». Bref, il est grand temps de se recentrer sur les meilleurs gestes pratico-pratiques à adopter. Car même les efforts qui vous semblent les plus insignifiants peuvent aider à moins consommer ! La preuve avec notre top 20 des bons réflexes “économies d’élec’” à copier-coller à volonté et à appliquer dans l’ordre qu’il vous plait (voire tous en même temps !).

? 1. Traquer le (vilain) mode veille des appareils élec’

Comment faire des économies d’électricité sans difficulté ? En s’intéressant à la conso de l’ordi, de la télé, de la console, de l’imprimante ou du poste de radio. Et pour cause, saviez-vous que les petits appareils élec’ qu’on laisse branchés consomment eux aussi ? Maintenant vous savez. Et le calcul est facile à faire puisque la plupart du temps, ils ne sont pas actifs mais bel et bien en veille. Une veille cachée moins inoffensive qu’elle n’y paraît (on pourrait même parler de comportement passif-agressif hein) puisqu’on compte 15 à 50 équipements par foyer en veille, ce qui représente un coût de plus 80 € / an en moyenne. L’idée pour ne pas jeter cet argent par la fenêtre ? Débrancher tout simplement les appareils peu employés. Encore mieux ? Utiliser des multiprises à interrupteur qui permettent de les éteindre tous en même temps. Tenez-vous bien, ce bon réflexe peut faire baisser, à lui seul, jusqu’à 10% de la facture élec’. Oui, oui, vous avez bien lu.  Pour un simple « clic », ça en vaut largement la peine !

? 2. Débrancher les appareils une fois qu’ils sont chargés (basique mais pourtant, un oubli classique)

Dans la même veine, lorsqu’on met en charge un appareil (téléphone, ordinateur portable ou tablette), on évite de le laisser éternellement connecté à la prise. Une fois sa batterie pleine, on le débranche ! Au-delà de l’économie réalisée sur la facture d’électricité, ce nouvel automatisme a le mérite de préserver la durée de vie de vos gadgets de compagnie. Alors, ç’en est fini de laisser les téléphones portables branchés toute la nuit ! À la place, on s’adonne à un check régulier des prises pour faire des économies électricité ! Ça ne coûte rien après tout.

? 3. Utiliser un thermostat connecté pour le chauffage (best friend forever pour une économie d’électricité)

Le chauffage est LE poste le plus énergivore du foyer. Alors si en plus, on est équipé d’un chauffage élec’, côté addition, ça promet… La bonne idée ? S’entourer d’un thermostat connecté grâce auquel on peut piloter le chauffage à la lettre pour ne rien laisser au hasard. Ainsi, baisser la température ambiante de deux ou trois degrés à distance, depuis son mobile, c’est possible !

Lire aussi :

Comment réaliser des économies d’énergie avec un thermostat connecté ?

En quelques clics seulement, on peut aussi mettre la maison en mode « absence ». Il faut dire que lorsqu’on n’est pas là, chauffer une maison vide, ça n’a pas de sens. D’autant que baisser la température d’un degré, ce sont tout de même 7% d’économies sur la facture ! Oui, 7%. Une bonne pratique très rentable donc ! Alors, autant avoir un allié dans sa team pour nous aider à prendre à bras-le-corps notre projet d’économies d’énergie de chauffage.

Sans oublier que l’autre GRAND atout du thermostat dernière génération (comme c’est le cas avec la Station connectée) est de mettre à votre service une appli incluant l’accès au suivi conso et à l’historique de ses factures. Tout pour pouvoir auto-évaluer sa marge de progression et avoir à l’œil ses dépenses élec’. Yep.

⏱ 4. Choisir l’option “heures pleines, heures creuses” ?

Dans le chapitre “économies d’électricité”, j’appelle les heures creuses ! En effet, l’avantage de choisir un contrat élec’ avec l’option « heures pleines, heures creuses », c’est bien de bénéficier d’un prix plus avantageux au kWh lors de certaines plages horaires, les fameuses « heures creuses ». Le principe ? Programmer la mise en route des équipements les plus gourmands en énergie (le sèche-linge par exemple) durant ces périodes, généralement comprises entre la toute fin de soirée et le petit matin. Une vraie bonne astuce pour faire des économies significatives en électricité !

? 5. Réaliser des (gros) travaux d’isolation

Vous êtes équipé d’un chauffage élec’ et vos factures sont un peu trop salées ? Pensez à vous attaquer à ce qui pourrait être la source n°1 du problème : l’isolation du logement ! Car à moins d’habiter dans une construction neuve parfaitement isolée, l’isolation est la principale cause des déperditions d’énergie. Combles, toiture, murs : en améliorant leur isolation thermique, vous améliorez la performance du chauffage et limitez le gaspi élec’. L’idéal ? Réaliser une évaluation thermique en amont des travaux pour vous projeter sur le budget à envisager, les faiblesses n°1 de votre logement et les améliorations à prioriser. En parallèle, renseignez-vous sur les aides de l’État auxquelles vous êtes éligibles pour votre projet ! Un coup de pouce, ça ne se refuse pas ;).

? 6. Limiter les déperditions de chaleur

Ce qui est bien avec l’isolation, c’est qu’on est libre d’y aller crescendo. Ça permet de mettre des sous de côté en attendant la réalisation de travaux conséquents. Ainsi, pendant ce temps, pas question de regarder le ciel et d’attendre. Des rideaux épais pour habiller les fenêtres, un bas de porte pour empêcher l’air extérieur de s’infiltrer dans l’entrée, des joints venus renforcer le contour des fenêtres… : chaque petit pas compte ! Comme quoi, renforcer l’isolation de son nid à petit prix, c’est tout à fait possible.

? 7. Bien régler le ballon d’eau chaude (un vrai glouton en énergie…)

De la même façon qu’on adapte la puissance du compteur élec’ au besoin de conso réelle pour éviter de payer un abonnement trop cher pour rien, le réglage du ballon d’eau chaude, ça compte aussi ! D’ailleurs, le premier constat qui nous vient à l’esprit est que cet équipement est particulièrement énergivore. Raison de plus pour bien le régler, histoire de minimiser sa conso et alléger la facture ! Le bon conseil à retenir : le configurer sur une température comprise entre 55°C et 60°C. Autre bon réflexe à adopter pour allier économies d’électricité et ballon d’eau chaude ? Bien l’entretenir pour maintenir sa forme physique et son rendement. Ainsi, pensez à le vider tous les 5 ans pour extraire le calcaire accumulé, quitte à vous laisser guider par un tuto en vidéo ;).  

? 8. Dépoussiérer les radiateurs

Tiens, tiens. En parlant d’entretien, justement, celui-ci est un indispensable pour garantir la performance des installations de chauffage. Là où ceux qui sont équipés d’un chauffage au gaz se doivent de faire intervenir un technicien pour la maintenance de la chaudière une fois par an, ceux équipés d’un chauffage élec’ peuvent se contenter tout simplement de dépoussiérer les radiateurs. Un geste simple qui génère pourtant bien des économies d’électricité à la maison. Ça laisse peu d’excuses pour ne pas passer à l’action ;). Qu’à cela ne tienne, tous à vos chiffons humides ! 

? 9. Remplacer l’équipement vieillot (trop énergivore)

Le statut de senior ne réussit pas à la famille des appareils électroménagers, sèche-linge, machine à laver ou réfrigérateur. Hélas, passé les 15 années de service, leur fonctionnement décline suffisamment pour qu’il soit nécessaire de les remplacer par des appareils plus performants et moins énergivores. Le bon réflexe pour procéder à ce remplacement ? Se fier à l’étiquette énergie, meilleure façon d’avoir une idée précise de la conso de votre futur appareil. Drôlement pratique pour y voir plus clair au-delà du prix d’achat. Par ici le mode d’emploi pour apprendre à les décrypter !

? 10. Baisser le chauffage la nuit (et quand on n’est pas là)

Quand on est au chaud sous sa couette, mettre le chauffage à fond semble être un geste inutile (ou exagéré, au choix). Surtout quand on sait qu’un degré de moins permet à lui seul de réaliser 7% d’économies d’énergie et que la température recommandée pour dormir est de 16 à 17°C. Eh oui, cette reco permet de mieux respirer et de se donner toutes les chances d’avoir un sommeil réparateur ! Alors… autant baisser la puissance des radiateurs durant les heures de sommeil. D’ailleurs, puisqu’on dort dans la chambre, cela signifie que le salon n’a aucune raison de continuer à afficher son 19°C habituel durant ce temps de repos. Les autres pièces de la maison qui sont inutilisées (c’est-à-dire toutes sauf là où est notre lit) ont ainsi tout intérêt à être, elles aussi, abaissées d’1 ou 2°C.

Of course, dans la même logique, on pense à mettre le chauffage en mode hors-gel et à couper le chauffe-eau électrique en cas d’absence ou de vacances ;). Tout pour réduire la conso quand on a moins besoin (ou pas besoin du tout) du chauffage.

? 11. Dégivrer le frigo et le congélo régulièrement

Vous avez pris l’habitude de dégivrer le frigo avant le départ en grandes vacances d’été ? Alors, oui, vider les glaces et les surgelés qui peuplent habituellement le congélo pour le dégivrer pendant votre absence c’est bien. Pareil côté frigo ! Mais il ne faut pas se contenter d’une fois par an. Dès 2 à 3 mm de givre, il est recommandé de dégivrer. Pas simple à mesurer ? Dans ce cas, prenez le rythme et dégivrez tous les 3 mois. Objectif : éviter que la glace formée dans ses zones les plus froides finissent par réduire son rendement et altérer son bon fonctionnement. Un bon réflexe pour préserver la longévité et l’efficacité des congélateurs et ainsi éviter que leur conso élec’ n’explose #NonNonNonALaSurconsommation ! 

? 12. Choisir des ampoules basse conso (une piste vraiment lumineuse)

Les ampoules halogènes, c’est fi-ni. Désormais, l’ère est aux ampoules économes qui grignotent un minimum d’électricité pour tout autant d’efficacité. Vite, on s’équipe bien et malin et en prime, on fait le plein de bonnes astuces côté éclairage. À savoir : équiper l’entrée, les couloirs et les escaliers de détecteurs de présence qui ne s’allument que lorsqu’on est là ; dépoussiérer régulièrement la poussière accumulée sur les ampoules pour augmenter leur performance ou choisir des couleurs claires d’un point de vue déco de façon à ce que la lumière se réfléchisse mieux. Prêt, feu, éclairez (façon économies d’électricité).

? 13. Lancer les machines en mode éco (parce que les économies, c’est à la mode)

Lave-linge ou lave-vaisselle : tous deux proposent des modes “éco” (ou “demi-charge”) en guise d’alternatives aux cycles classiques. Le principe de ces plans B (qui devraient d’ailleurs être le plan A, mais peu importe) : consommer moins d’eau et d’électricité lors des lavages.

Lire aussi :

Quelle est la consommation d’une machine à laver : décryptage et calcul !

Alors, pourquoi s’en priver ? En parallèle, on pense à ne mettre en route ces appareils que lorsqu’ils sont pleins et on n’hésite pas à laver davantage son linge à 30°C. Ce sera bieeeen moins énergivore qu’un lavage à 60 ou à 90°C. Et puis, à force de répétition, ces bonnes petites habitudes sont capables de faire la différence pour faire de belles économies d’électricité…

? 14. Bien choisir l’emplacement de l’électroménager “froid” (car il n’aime pas jouer à chaud-froid)

Pas besoin d’être archi d’intérieur pour appliquer quelques bons réflexes en matière d’aménagement. Par exemple, il y a ce principe qui consiste à éloigner l’électroménager “froid” du type congélo ou frigo, des appareils qui produisent de la chaleur, comme le four, les radiateurs ou le sèche-linge. En effet, pour maintenir une température fraîche, l’effort (et donc la conso élec’) sera plus conséquent si leur voisin est chaud bouillant. Eh oui, leur conso est liée à l’écart de température avec l’extérieur. Vous voyez l’idée ? Pour pousser le bouchon un peu plus loin, on peut même envisager de placer ces appareils électroménagers un peu givrés dans un local moins chauffé que le reste de la maison : un garage ou une cave par exemple. Ils ne pourront que s’y plaire ! 

?15. Disposer intelligemment les aliments dans le frigo (un petit rien plutôt malin)

Il y a l’emplacement du frigo en lui-même mais aussi, l’emplacement de ses habitants à l’intérieur du frigo ! Première idée : laisser de l’espace entre chaque ingrédient pour que le froid puisse se répandre de façon homogène. On pense aussi à les placer dans les zones les plus adaptées : les légumes dans le bac à légumes, les œufs sur le côté…etc. Sachant que la zone du haut est généralement la plus froide.

En bonus, l’autre conseil spécial “économie électricité” à retenir, c’est de ne mettre que des plats froids au frigo quitte à patienter un peu le temps qu’ils refroidissent à l’extérieur. Ça évite à votre appareil chéri de surconsommer inutilement pour se charger de le refroidir lui-même. Voilà. 

? 16. Préférer la douche au bain (quitte à se mentir à soi-même)

Tout est dit dans le titre, on n’a rien à ajouter si ce n’est que, bien entendu, le but n’est pas de bannir les bains pour toujours à jamais. Non, trop de rigidité serait contre-productif, n’est-ce pas ? 😉 En revanche, l’idée est bien d’en faire plus une exception que la règle, car une douche est par définition moins gloutonne en élec’ qu’un bain (à condition de ne pas rester une demi-heure sous la douche bien entendu). Bref, que ça plaise ou non, un timing raisonnable et réduit s’impose pour rendre la toilette moins visible sur la facture élec’…

 ? 17. Cuisiner raisonnable et éco-responsable

Le secret des Chefs pour faire des économies d’électricité sans que les recettes n’en pâtissent ? Adopter de bons réflexes. On utilise moins de vaisselle (ça en fera moins à laver) et on mutualise davantage les cuissons au four. Sans oublier les conseils “classiques” d’une cuisine raisonnée : couvrir les casseroles lors de la cuisson pour éviter la déperdition de chaleur, choisir les récipients en fonction de leur diamètre pour que ceux-ci coïncident avec la taille des plaques électriques, éteindre les plaques juste un peu avant la fin de cuisson…. Bref, ce ne sont pas des éco-gestes qui manquent pour cuisiner de façon responsable ! 

18. Fermer les fenêtres quand le chauffage est allumé (normal en même temps)

Pour éviter que la chaleur ne s’échappe vers de nouveaux horizons, la règle est simple : quand on aère les pièces, on coupe systématiquement le chauffage ! Pas de gaspi on a dit. À savoir qu’il s’agit là d’une fonctionnalité que certains thermostats connectés sont en mesure d’appliquer eux-mêmes puisqu’en cas de détection d’une fenêtre ouverte, ils coupent momentanément le chauffage. Pratique pour les têtes en l’air !

? 19. Penser aux économies élec’ à l’extérieur aussi (pour ceux qui vivent dedans – dehors)

Vous avez la chance d’avoir un balcon, une terrasse ou un jardin ? Sachez que vos good vibes d’économies d’énergie sont contagieuses à l’extérieur aussi ! Parmi les petits gestes qui rapportent gros : l’utilisation d’un éclairage à énergie solaire (ainsi, pas besoin de le brancher à une prise, les simples rayons du soleil suffisent à le recharger) ou le fait de réutiliser l’eau de cuisson des aliments intelligemment. En laissant refroidir l’eau de cuisson des œufs, on obtient par exemple un très bon engrais pour les plantes. L’eau de cuisson des pâtes ou des pommes de terre permet quant à elle d’en venir à bout des mauvaises herbes. Qui l’eut cru.

? 20. Suivre ses efforts (et surtout, ne rien lâcher !)

Savoir comment faire pour économiser de l’électricité, c’est bien. En récolter les résultats, c’est mieux ! Justement, grâce aux applis mobiles connectées aux appareils de la maison (le chauffage par exemple), suivre votre conso élec’ à la loupe, c’est possible ! Un point déterminant pour constater en chiffres et en euros, le fruit de vos efforts et se motiver à continuer sur cette belle lancée. Allez, on est avec vous ;).