Comment faire des économies de gaz ? Suivez le guide !

Comment faire des économies de gaz

Malgré un prix du gaz élevé, il est possible de limiter les mauvaises surprises sur la facture. En mettant en pratique de bons réflexes pour la conso quotidienne, on peut éviter le gaspillage voire contrôler ses dépenses pour les plus engagés. Chauffage, eau chaude, cuisine : voici comment faire des économies de gaz, suivez le guide !

1 : La base quand on cherche comment faire des économies de gaz ? Adopter un thermostat connecté !

Minimum 15% d’économies à la clé 🥳

Le saviez-vous ? Utiliser un thermostat programmable pour moduler la température de chauffe dans votre Home Sweet Home peut vous permettre de réaliser 15% d’économies d’énergie sans rien rogner sur votre confort. (Avec la Station connectée Sowee, vous pouvez réaliser jusqu’à 25% d’économies d’énergie*). Ça vous paraît étrange ? Détrompez-vous !

L’atout de ce petit appareil est de vous aider à régler la température du logement au plus juste, selon vos besoins réels à toute heure de la journée. Positionné dans une pièce de vie comme le salon, il est raccordé à la chaudière via un récepteur, ce qui lui permet de la commander à distance pour obtenir la température souhaitée. Objectif : ne rien laisser au hasard et ne rien laisser au gaspi d’énergie. Le process : chauffer l’habitat selon votre occupation (ou pas) des lieux et selon votre rythme de vie. Si c’est pas un allié de choix ça ! (Et pour le chauffage élec’, ça se passe pièce par pièce, c’est encore plus précis 😉 ).

Gaspi d’énergie : la guerre est déclarée !

Durant la nuit, pendant que vous êtes dans les bras de morphée, le thermostat s’active et s’empresse de revoir la température à la baisse (entre 16 et 17°C seraient suffisants d’après les recommandations de l’Ademe) pour le remonter uniquement à votre lever.

Lire aussi :

La température idéale selon les pièces de la maison

Pareil, en cas d’absence, le chauffage est abaissé (entre 16 et 18°C) et pour ne reprendre de l’altitude que juste un peu avant votre retour.

Et si vous quittez le domicile plusieurs jours d’affilée (merci les vacances ou les loooongs week-end), ce sera 12°C au compteur ! Vous nous suivez ?

En gros, de fil en aiguille, ce pilotage optimisé du chauffage adoucit considérablement votre consommation de gaz sans que vous ayez eu à changer vos habitudes de vie. C’est plutôt très cool quoi.

Prêt pour une mise en situation chiffrée ?

Pour vous donner une idée concrète, si on prend une maison chauffée au gaz générant une facture de 1400 € par an, cela représente 210 € en moins à débourser. Une jolie somme quand on pense qu’on n’a rien perdu en échange hormis l’investissement d’un thermostat connecté !

En ce moment, avec les prix du gaz qui s’envolent, pas simple de faire baisser la facture mais au moins, avec le thermostat, tout kWh non consommé est bon à prendre pour limiter l’impact de la hausse des prix.

Des fonctionnalités en bonus qui sont des arguments en plus 😉

Si on a un gros faible pour les thermostats intelligents, c’est aussi parce que toutes les fonctionnalités qu’ils proposent en plus, eh bien, ça aide à réduire encore plus sa conso tout en maximisant son confort. Pilotage du planning de chauffe depuis un smartphone, mode absence à activer à distance, modération du chauffage en cas de détection d’une fenêtre ouverte, visualisation de la conso d’énergie jour après jour ou mois par mois pour avoir une vision détaillée et globale à la fois… Bref, que du bonus +++ ! Alors, avis à tous ceux qui cherchent à savoir comment faire des économies de chauffage au gaz… 

2 : Régler la température pièce par pièce (et baisser le tout d’1°C)

Ça va faire des jaloux, mais tant pis !

De la même façon que les besoins de chauffage diffèrent entre le jour et la nuit ou selon nos périodes d’occupation ou d’absence, les besoins ne sont pas les mêmes pour chaque pièce de votre logement. (Vous habitez un studio ? On a pensé à vous aussi pour les économies 😉 ). Pour s’accorder sur ce principe, il n’y a qu’à comparer la chambre, où ne met les pieds que pour dormir (ou presque) et le salon – où on lit, on reçoit, on regarde la télé, on apérote (oui oui, du verbe du 1er groupe  « apéroter » 😉 ), on s’assoupit, bref, où on vit.

En partant de ce constat, inutile donc de brandir la pancarte de l’égalité en réglant le chauffage partout à parts égales.

D’après l’Ademe, on l’a vu un peu plus haut, il faudrait obtenir 19 à 20°C dans le salon en journée et 16 à 17°C la nuit mais aussi… dans les pièces peu occupées. Côté salle de bains, on part sur un 21°C, tenue d’Adam oblige, et 18°C dès que la toilette est terminée (après tout, il y a peu de chances pour qu’on squatte cette pièce plutôt monotâche à un autre moment de la journée). 

1°C de perdu… 7% d’économies retrouvées

Autre tip bon à garder à l’esprit : 1°C de perdu (en revoyant à la baisse la température de consigne de chauffe), c’est 7% de conso de gagné ! On vous laisse faire le calcul sur l’impact côté facture. Clairement autant rajouter un pull si besoin et faire un petit effort côté thermostat.

Ça s’appelle réduire ses besoins de chauffage !

Après tout, chaque effort est un pas de plus pour réaliser des économies de gaz, surtout quand on parle du chauffage, qui est le poste n°1 de conso d’énergie à la maison. Et soyons francs, en perdant 1 petit degré de rien du tout, on ne peut vraiment dire qu’on renonce à son confort ;).

3 : Suivre sa conso de près (et même de très près)

Objectif : ne plus naviguer à vue voire carrément dans le brouillard…

Quelle est la consommation moyenne de gaz par mois ? Vous n’en avez aucune idée ? Et c’est bien là le souci. L’énergie, n’étant pas visible ni tangible : on peine à quantifier l’impact de nos actions lorsqu’on l’utilise. Oui, « mais », on peut changer ça !

Pour pallier cette absence de visibilité, place à un flashback au premier paragraphe, là où on évoquait l’utilisation d’un thermostat connecté. Pourquoi ce retour en arrière ? Eh bien, car notre thermostat préféré va généralement de pair avec l’usage d’une appli sur laquelle vous avez accès à votre suivi conso personnalisé. Un accès bien pratique pour prendre conscience de l’impact de votre conso de gaz sur la facture.

Pour ceux dont le logement est équipé d’un compteur communicant (Gazpar de son petit nom), il est possible aussi de se créer un compte sur le site du distributeur de gaz GRDF pour suivre sa conso. Voilà, plus d’excuse ! 😉

Suivi conso des applis : merci, merci, merci !

Grâce au suivi conso accessible directement sur nos téléphones mobiles, il y a de quoi gommer ce trait de caractère abstrait, déclencher les prises de conscience et se responsabiliser davantage sur sa conso de gaz à la maison. Historique des consos par jour, par mois ou par an : le but est notamment de pouvoir comparer sa conso, répondre à l’auto-question “pourquoi je consomme beaucoup de gaz ?” et s’efforcer de s’améliorer. Le challenge est plus tentant quand on a accès à des résultats chiffrés et surtout des éléments de comparaison, non ? 

4 : Entretenir sa chaudière (TOUS les ans)

Déjà, rappelons que l’entretien de la chaudière est obligatoire une fois par an par souci de sécurité technique et de bonne santé globale. Voilà. Ceci étant dit, on peut rajouter que si une telle obligation légale a été mise en place, c’est qu’elle conditionne grandement un fonctionnement optimal et une belle longévité pour la chaudière. Pas question alors de faire une croix sur le passage annuel d’un technicien pour établir ce bilan bienveillant vis-à-vis de l’installation de chauffage !

Lire aussi :

La domotique en appartement, c’est possible ?

À savoir que l’autre gagnante de cette maintenance régulière n’est autre que votre facture de gaz elle-même en personne. Car en vérifiant l’état de votre appareil, non seulement sa durée de vie est allongée, mais en plus, vous optimisez ses performances. C’est plutôt logique quand on y réfléchit. Un check annuel permet d’éviter toutes éventuelles déperditions de chaleur liées à un dysfonctionnement !

5 : Remplacer sa (vieille) chaudière

L’entretien, on vote pour. Par contre, certaines chaudières ont passé l’âge d’être contrôlées (et d’être toujours utilisées !). Déso, mais au-delà de 15 ans de maturité, on les juge bonnes à la casse, faute de performance suffisante pour satisfaire vos envies d’économies d’énergie, de fonctionnement optimal et de quête de confort.

À la place, on vote pour qu’une version nouvelle génération dite “à haute performance énergétique” les remplace. Rendement efficace assuré à la clé !

C’est notamment le cas des chaudières à condensation, compatibles avec un système de programmation connectée. À savoir que ce simple changement permet de réaliser des économies significatives sur la facture de gaz. Alors certes, ça coûte un peu (beaucoup) cher au départ, mais après, cela se répercutera sur des factures plus douces…

6 : Purger les radiateurs (et les dépoussiérer)

Autre façon de booster la performance du chauffage au gaz : nettoyer et purger régulièrement les radiateurs ! Quand on dit régulièrement, ça veut dire une à deux fois par an, idéalement en début et en fin d’hiver. On a même un (nouveau) dicton pour ça : « un petit geste pour l’homme, un grand pas pour le chauffage et son efficacité ».

Voilà, si ça peut vous inspirer. En tout cas, il faut savoir que lorsque l’air prend la place de l’eau à l’intérieur des radiateurs, l’eau chaude ne circule plus sur toute la surface et la chaleur transmise n’est donc pas optimisée.

Sur le même principe, dépoussiérer la surface voire les grilles d’entrée et de sorties d’air des radiateurs permet à la chaleur de mieux circuler dans la pièce. D’ailleurs, à ceux qui ont tendance à faire sécher du linge sur le radiateur, à poser des livres juste au-dessus ou à placer un meuble juste devant : il est temps d’abandonner les vilaines habitudes qui ne font pas du bien au chauffage. Car par ricochet, c’est vous qui en payez les conséquences ! 

7 : Choisir le BON fournisseur de gaz (celui dont les services aident à moins consommer 😉 )

À la question “Comment faire des économies de gaz (et d’électricité) ?”, on pourrait être tenté de répondre “en choisissant un fournisseur d’énergie pas cher”. Mais voilà. Avec la crise énergétique, le prix du gaz est, quoi qu’il arrive, au sommet. Alors, plutôt que de chercher à savoir quel est le fournisseur de gaz le moins cher, la bonne idée est davantage de se concentrer sur les fournisseurs qui proposent des services pertinents pour vous aider dans cette quête d’économies d’énergie. Chez Sowee par exemple, l’offre du gaz peut être combinée avec l’installation d’une Station connectée et une appli dédiée (et tous les services intelligents qui en découlent : Suivi conso, Alertes dépassement de budget, Bilans à 3 mois, etc). Bref, un package qui fait la différence pour alléger la facture ! C’est probablement bien plus utile que de savoir quel est le fournisseur de gaz le moins cher actuellement ;).

8 : Économiser l’eau chaude

Si vous pensez que la conso d’eau chaude n’a aucun impact sur la facture de gaz, détrompez-vous ! Pour chauffer l’eau, la chaudière est sollicitée, alors, autant vous dire que si vous n’y allez pas de main morte côté douches, bains et utilisation d’eau chaude en général, vous participez forcément, sans le savoir, à alourdir la facture de gaz.

Les bons réflexes à garder à l’esprit pour changer la donne :

  • Chauffer l’eau juste ce qu’il faut. Tout comme le chauffage, on évite de surconsommer inutilement et de se focaliser sur ses besoins réels. Le but n’est pas de prendre de douche froide mais simplement d’éviter les douches brûlantes !
  • Idem pour la quantité d’eau et le débit. Moins vous laissez couler, mieux c’est ! En gros, on évite de rester 20 minutes sous une pluie d’eau chaude non-stop.
  • Et si un minuteur peut vous aider, pourquoi ne pas craquer ! 

9 : Faire le plein d’éco-gestes jusqu’en cuisine !

Qu’est-ce qui consomme du gaz en dehors du chauffage et de l’eau ? Les fourneaux ! Du moins, pour les logements équipés d’une cuisinière au gaz.

Là aussi il est possible de faire chuter sa conso à base de quelques bons réflexes. On choisit les casseroles dont le diamètre est de la même taille que les plaques de cuisson, on les couvre systématiquement d’un couvercle pour empêcher la chaleur de s’enfuir, on privilégie une bouilloire pour faire bouillir l’eau et on éteint le feu (et le four) quelques minutes avant la fin de cuisson car la chaleur ambiante suffira pour finaliser la cuisson. Oui, Chef !

10 : Isoler son chez soi

Des travaux d’isolation : LA solution

C’est un classique : constater un vrai gap entre la température affichée par le thermomètre dans la maison et la température réellement ressentie. C’est comme être en bord de mer avec un beau 25°C et ne ressentir que 20°C en raison des bourrasques de vent !

Il faut dire que si les murs sont en papier et laissent le froid s’infiltrer, on aura beau programmer le thermostat à 19°C, le confort ne sera pas au rendez-vous. Voilà pourquoi l’isolation thermique y est pour beaucoup dans notre confort home-made (et dans le prix de nos factures d’énergie).

C’est même précisément l’un des moyens les plus efficaces pour éviter les déperditions de chaleur ! Pose de fenêtres double (voire triple) vitrage, isolation des combles de la toiture, du sol ou des murs : on a tout intérêt de faire un bilan énergétique auprès d’un professionnel agréé RGE (reconnu garant de l’environnement) pour faire le point, connaître l’état réel de l’isolation actuelle et savoir par où commencer.

Notez que l’isolation par l’extérieur s’avère très efficace pour créer un manteau d’hiver (et d’été) autour de la maison et ainsi isoler au mieux le logement des variations climatiques extérieures. Ah, mais cela veut dire qu’on pourra aussi se passer de clim’ l’été ? C’est exact. Eh oui, n’en doutez plus, l’isolation est un sacré remède (peut-être même le remède number 1) pour mieux vivre chez soi à toutes les saisons :). 

Les optimisations bricolées : c’est toujours ça de gagné !

Le point bloquant quand on évoque les travaux d’isolation est, sans surprise, l’investissement conséquent à prévoir. Ok, on ne pas dire le contraire, engager des travaux d’isolation implique d’avoir un bon budget de côté. 

Cependant, personne ne vous oblige à tout faire d’un coup. On peut tout aussi bien envisager d’y aller étape par étape, y compris avec des astuces isolation à prix tout doux. Tenez, en installant un chien de porte en bas des portes accédant à l’extérieur ou aux pièces froides (garage, cave…), vous éviterez les courants d’air qui s’infiltrent dans votre home sweet home. En calorifugeant les tuyaux de chauffage, en fermant les volets la nuit, en tirant d’épais rideaux ou en rénovant les joints autour de vos fenêtres : vous ne dépensez pas grand-chose non plus, et pourtant, vous boostez à fond l’isolation. À coup sûr, ces petits pas anti-perte de chaleur se ressentent sur la facture comme un vrai gain pour votre porte-monnaie :).

Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui. La bonne nouvelle, c’est que vous avez toutes les cartes en main pour faire chuter votre facture de gaz, même à l’heure où cette énergie souffre des prix forts ! Alors, bonne chance ! « C’qui compte c’est pas l’arrivée, c’est la quête » ;).  

*25% d’économies d’énergie : Économies estimées sur la base de modèles thermiques dynamiques en prenant comme référence un logement chauffé à 20°C en permanence, non équipé de programmation de chauffage ni de détection de fenêtres ouvertes et ne disposant pas d’un suivi des consommations d’énergie en temps réel. Selon la structure du logement, sa localisation, son niveau d’isolation et les habitudes de vie, la Station connectée permet des économies d’énergie jusqu’à 25% pour un chauffage individuel électrique et jusqu’à 20% pour un chauffage individuel gaz. Plus de détails ici